• Marie Robert

Ceci est une longue vue.


Ceci est une longue vue. C’est curieux. La semaine dernière, j’ai eu une sorte de choc en animant une réunion d’équipe pour la rentrée scolaire. Il s’agit d’organiser, de structurer, de motiver, et de donner de l’élan pour l’année. J’aime l’oralité et j’aime passionnément les équipes. Le trouble ne résidait donc pas dans le fait de prendre la parole mais plutôt dans celui de constater que nous étions désormais presque trente-trois personnes à œuvrer ensemble. Je n’ai aucune conscience des chiffres, mais autour des tables, les visages étaient suffisamment nombreux pour que je m’aperçoive que de deux individus maladroits et novices, nous étions maintenant un groupe important et solide, rempli de gens compétents. La question ici n’est certainement pas celle des chiffres, ni de la performance, c’est celle des progrès invisibles. On passe notre vie le nez rivé droit sur le guidon. On contemple nos milliers d’imperfections. On pleure de nos défaillances et au bout du compte, on en oublie souvent le chemin parcouru. Un jour, les nourrissons qui ne dormaient pas, finissent par être des adolescents férus de grasse matinée. Un autre, nos mains qui étaient à des dizaines de centimètres du bout de nos pieds, finissent par se rapprocher jusqu’à les toucher. Et il en est ainsi, pour les domaines de la vie. De millimètre en millimètre, on apprivoise, le temps fait son œuvre, et à force de présence, de véritable présence, il se passe quelque chose de grandiose, qu’on ne pense même plus à célébrer. Le désir devient normalité. Je passe une partie de ma vie a anticipé l’avenir, et cette nécessité m’oblige souvent à envisager les problèmes, et à lister les creux. Alors quand parfois, dans un éclair de lucidité, je parviens à me retourner et à voir ce qui a été accompli, je suis bouleversée. Il ne s’agit pas de s’envoyer des fleurs, l’urgence est plutôt de remercier les autres, tous les autres, qui nous ont permis d’avancer, et surtout, de s’attarder sur le filet de confiance que nous offre la vie. La violence rôde, l’injustice broie des destinées, alors quand la chance est là, levons la tête. Je vous souhaite de regarder loin derrière vous. #Bonjour Credit : @jenniferlawrence_

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout