• Marie Robert

Ceci est une limite à fixer.


Ceci est une limite à fixer. Je nage au quotidien dans un curieux océan : celui de la parentalité. Chaque jour, je vois des parents, de tout âge, de tout horizon, répondant à de multiples modalités et naviguant à travers des modèles familiaux sans cesse renouvelés. Mais dans cette fascinante inventivité et diversité, un fil conducteur demeure, plus ou moins implicite, plus ou moins conscientisé, celui du sacrifice et de la culpabilité. Est-ce qu’éduquer suppose de payer cette irrémédiable dette ? Est-ce qu’être responsable impose nécessairement le goût amer des renoncements ? Est-ce qu’aimer, c’est toujours un peu s’oublier ? Sans doute. S’occuper d’autrui, qu’il s’agisse d’enfants, de proches ou d’aidés, engage tout notre être. Nous nous décentrons dans l’urgence du soin, dans l’importance de la demande, dans l’exigence du faire. Et c’est tant mieux car c’est ainsi que nous quittons l’égoïsme pour connaître la puissance de l’altruisme. Cependant, je crois que de temps à autre, ce « sens du sacrifice » devient toxique et préjudiciable pour tous les membres. L’acte de sacrifier est certes la magnifique action de « rendre sacré », mais cela passe aussi par le fait de détruire une partie en vue d'un objectif global jugé plus important. Avons-nous envie de nous détruire ? De détruire notre santé physique et mentale ? De détruire nos couples ? De détruire nos capacités cognitives ? Pensons-nous que c’est un cadeau à faire à nos enfants ? Sommes-nous convaincus que la souffrance et la négation de soi sont des valeurs à leur transmettre ? Encore une fois, il ne s’agit pas de renier les incroyables vertus de l’engagement, du dépassement, de l’effort, sortir de notre individualisme est indispensable à notre survie, en revanche je crois au juste milieu et à la cohérence. Je crois aux limites à fixer et à exprimer. Je crois à la demande d’aide. Je crois aux relais. Tendons-nous la main, ne laissons pas les aidants, et les parents, dans leur détresse fragilisante. A tous ceux qui prennent soin : n’oubliez pas de prendre soin de vous, ce n’est pas une parole en l’air, c’est la clé de notre équilibre collectif. Je vous souhaite une journée de répit. #Bonjour@ashleygraham

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout