• Marie Robert

Ceci est une irritation heureuse.


Ceci est une irritation heureuse. Il y a ce petit bruit pernicieux dans la tuyauterie qui nous empêche de nous concentrer. Cette porte qui claque à cause du courant d’air, nous obligeant à nous relever encore une fois, alors qu’on s’apprêtait enfin à travailler. Il y a nos enfants qui n’ont toujours pas saisi où étaient leurs crayons de couleurs. Ce collègue, sur zoom n’est pas foutu de remarquer que son micro est encore ouvert. Et puis cette pomme qu’on comptait avaler mais qui finalement est pourrie. Sans même parler du wifi qui refuse que l’on se connecte. La liste de nos exaspérations quotidiennes est infinie. Elle est banale, ridicule, anodine, changeante, et surtout envahissante. Ces petits rien deviennent souvent des presque tout. Nos âmes fatiguées ne peuvent résister à l’envie de soupirer. Et voilà qu’on se met en colère, en maugréant après notre clavier qui ne daigne pas répondre. C’est idiot certes, mais sur le moment, cette mauvaise humeur semble la seule issue possible. Alors bien sûr, il faudrait apprendre à l’évacuer, à respirer, à mettre en perspective, à canaliser nos pulsions, qui nous abîment plus qu’elles nous soulagent. Mais que passerait-il si nous considérerions avec un peu plus de respect, le chant discordant de nos agacements ? La saturation nous incite à comprendre ce qui nous met hors de nous, elle nous oblige à faire de l’harmonie une urgence, à mettre en place des moyens d’apaisement. L’exaspération est le prémisse d’une action, d’une pensée qui devient concrète. Faut-il fermer la fenêtre ? Préparer un coin dessin pour ses enfants ? Aller acheter d’autres fruits ? L’exaspération lorsqu’elle est réellement considérée et non subie, est un tremplin vers une autre manière de faire. Les appels à l’indifférence poussent la raison à se soumettre à ce qui est. Et ce qui est, n’est pas forcément ce qui nous convient. Je vous souhaite de câliner vos exaspérations. Courage, tenons. M #Bonjour

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout