• Marie Robert

Ceci est une intention.


Ceci est une intention. C’est étrange comme le lundi contient une forme d’attente. Même inconsciente. Bien sûr, il faut repartir, foncer dans la semaine, mais il y a aussi l’ambition de la vivre autrement, et qu’elle contienne quelque chose qui puisse nous changer, nous transformer, nous extraire. Le lundi impose de naviguer entre notre découragement et notre espoir, il incarne cette ambivalence si fréquente dans nos vies. Alors ce matin, au réveil, je me suis demandée qui j’aimerais être vendredi. Quelle est la somme de choses, de nouvelles, de projets, qui me permettraient d’être un tout petit peu fière de moi ou peut-être simplement, temporairement apaisée. En écrivant ces mots, je sens déjà pointer le spectre du « ce ne sera de toute façon pas assez ». Ne pas être le messie conduit vraiment à une insatisfaction permanente. Car oui, avouons-le, je n’aurais pas dissuadé Vladimir Poutine, je n’aurais pas empêché la terre de se réchauffer, je n’aurais pas endigué l’analphabétisme, ni fait reculer l’excision. Et je ne serai pas la seule à avoir échouée. Lorsque enfant, j’étais persuadée que nous pouvions réellement changer le monde, que c’était l’objectif premier à inscrire sur n’importe quelle to do list, que nos existences étaient vouées à participer à des progrès qui semblaient désirables pour tout le monde. C’était idéaliste certes, mais surtout ambitieux. Aujourd’hui, je saisis la complexité de ce que l’on nomme progrès, la lourdeur de nos compromis, de notre pragmatisme, et de nos principes de réalités. Alors en ce lundi, qui contient en lui tous les jours à venir, je me souhaite modestement de donner ce que j’aimerais recevoir. D’être capable de l’amour, de la loyauté, du soutien, dont je désire secrètement être entourée. De délivrer des cours que j’aimerais entendre. De trouver les mots qui donneront confiance en la nature humaine, au lieu d’en être exaspéré. De ne pas me décevoir parce que rien n’est plus triste que d’être déçu par ceux qu’on aime. Donner ce qu’on veut recevoir ne change pas le monde. Mais si l’on y parvient, je promets que vendredi sera un peu plus supportable. Je vous souhaite une semaine de cohérence. #Bonjour @bruceweberofficial

56 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout