• Marie Robert

Ceci est une géographie.


Qui sont-ils ces individus que l’on peut appeler quand tout semble chanceler autour de nous ? Ces gens capables de suspendre leurs commentaires, leurs jugements, leurs projections ? Ceux suffisamment solides pour recevoir notre dégoût, et suffisamment doux, pour ne pas attiser nos colères ? Qui sont-ils, ces piliers dont la stabilité se moque de l’ostentatoire ? Ceux qui renoncent aux effusions spectaculaires et se méfient des rapports de pouvoir ? Qui sont-ils ces précieux qui savent, mais se dispensent parfois de dire ? Et ceux qui affirment par nécessité de ne pas se taire ? Je ne sais pas s’il est question d’amitié, d’amour, ou d’un lien qui ignore les modalités, mais il y a dans ces rapports l’essence d’une réconciliation avec le monde. C’est la possibilité que nos liens ne soient ni performance, ni dette, ni contrainte. Qu’ils ne soient pas régis par un nombre de coups de fils, de textos, de confidences, mais plutôt, qu’ils bâtissent un troisième lieu, un cadre où la parole dénudée ne cherche ni à plaire, ni à convaincre, ni à protéger, ni à soigner. Un espace pour être. Pour démêler ce qui nous éreinte, pour honorer ce qui nous meut. Combien sont-ils à nous offrir cette respiration là ? A répondre à ce besoin de profondeur ? Et combien sommes-nous à pouvoir l’offrir ? Etre un instant à même la peau, au plus près de l’âme. « Aimer, c'est devenir un monde, un monde en soi pour quelqu'un d'autre » - Rilke. Je vous souhaite une journée où vous savez qui appeler.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout