• Marie Robert

Ceci est une fiche de poste.

Ceci est une fiche de poste. J’ai commencé à travailler à 16 ans. Je donnais des dizaines de cours particuliers. Tous les boulots que j’ai effectués m’ont permis d’agrandir mon monde, de faire des rencontres inoubliables, et surtout, même dans la difficulté et le découragement, ils m’ont permis de me créer moi-même. Le travail est chez moi une évidence, et pourtant ces derniers temps je réfléchis beaucoup à ce que ça veut dire « travailler ». Évidemment, je connais la définition philosophique, celle du labeur, ce châtiment qui nous oblige à gagner notre vie au prix, parfois, de notre santé physique et mentale. Comment, sous ce prisme, avoir une quelconque ambition ? Souvent, lorsque je discute avec des jeunes gens, les mêmes propos reviennent sans cesse : « j’ai vu mes parents ne faire que bosser et toujours rentrer claqués pour finalement jamais kiffer ». Ils veulent s’éloigner du spectre d’une vie sans réjouissances, d’une vie faites de contraintes et de sacrifices. Aussi illusoire soit cette perspective, je crois que je les comprends, à la différence près, que ce n’est pas nécessairement le travail qui est aliénant. C’est la manière dont on se retrouve obligé de le faire. Au-delà des conditions financières, ce sont les conditions d’exercice qui confrontent : ne pas saisir notre tâche, ne pas se sentir utile, ne pas avoir le temps de bien faire, ne pas se sentir reconnu, ne pas être soutenu, et tous ces autres écueils qui brisent l’accès au sens. Et voilà peut-être ce à quoi nous pouvons réfléchir collectivement. Dans quelle mesure nous aidons les autres à se sentir à leur juste place ? Et nous, de quoi avons-nous besoin concrètement pour retrouver l’élan ? Je n’ai aucune réponse à soumettre, je ressens juste l’urgence de faire face à cette question, d’y faire face ensemble, et de l’investir suffisamment pour ne pas laisser le travail être happé par la souffrance. « Le bonheur consiste en l’exercice plaisant de nos facultés » - William Morris. Je nous souhaite de montrer aux adolescents d’aujourd’hui qu’il est possible de kiffer son lundi. #Bonjour





116 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout