• Marie Robert

Ceci est une feuille de route.


Quel « Mensch » ! Une étrange interjection. Un compliment. Une exclamation. Le cœur s’ouvre face à une parole bienfaisante, les yeux s’étonnent de la justesse du propos. Sans grandiloquence, ni désir absurde de domination, mais avec une droiture prompte à saisir la situation, à en assumer pleinement la responsabilité. En allemand, Mensch désigne « l’être humain » au sens large. En yiddish, ce terme a acquis une connotation morale et une poésie singulière. Un Mensch, comme le déclare l’écrivain Leo Rosten, est « une personne digne d’être admirée et imitée, qui possède un caractère noble ». Mais cette noblesse n’est un titre figé dans l’autorité, elle est celle du quotidien, celle du héros ordinaire, capable de saisir en plein vol la banalité du bien, de se surpasser et d’agir comme il faut. Le bon ton au bon moment, qui ne quémande aucun honneur. L’éloge de la fiabilité, les yeux ouverts et l’amour ample. En somme être un Mensch, c’est être un type bien. Et comme si la grammaire précédait nos mœurs, le Mensch est neutre, il s’emploie pour les hommes autant que pour les femmes. Il est ainsi une manière d’appréhender le monde, les autres, et la singulière complexité qui découle de tous nos méandres. Si j’avais des enfants, voilà sans doute la seule éthique que je leur transmettrais, la seule exigence. C’est en tout cas celle que j’ai chevillé au corps et l’âme quand je regarde mes élèves : « soyez des mensch mes chéris et renversez le monde par votre courage ». Je vous souhaite une journée d’exemplarité.

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout