• Marie Robert

Ceci est une espérance.


Ceci est une espérance. Il y a une chose que je faisais beaucoup lorsque j’étais à l’Université, c’est rédiger des lettres de motivation. Pour moi évidemment, mais aussi pour des amis ou des copains de classe. Il faut dire que l’exercice me fascinait, sans doute parce qu’il me permettait de vivre, quelques minutes au moins, la vie de quelqu’un d’autre. C’est comme ça que je me suis imaginée postuler à tout un tas de jobs que je n’ai jamais fait, comme réparateur au rayon cycles chez Décathlon ou juriste en entreprise. Mais il y a un autre point qui m’intéressait, et qui continue d’ailleurs à alimenter ma réflexion, c’est de comprendre ce qui nous motive. Au-delà des formules toute faites, qu’est-ce qui nous motive profondément ? On se pose sans cesse la question du sens, en particulier dans le travail, mais je crois qu’elle ne peut pas être appréhendée sans celle de la motivation. Littéralement la motivation est ce qui nous pousse à faire une chose, elle est ce qui active notre organisme parce qu’il a un besoin à satisfaire. Avouons-le ce besoin est souvent l’argent, parce que cette étrange donnée aussi fictive soit-elle, nous permet de donner corps à tout le reste. Mais souvent, cette motivation s’étiole, si le reste ne suit pas : les conditions de travail, la convivialité, le respect, la reconnaissance, la progression, l’utilité sociale, l’appartenance, l’harmonie morale…etc. Alors au fond, ce qui nous motive, c’est ce qui nous fait « persévérer dans notre être » comme le dit si justement Spinoza. Le travail n’est donc source d’aucune motivation en soi, mais ce qui l’est, c’est la possibilité de trouver une pratique et un espace, qui activent notre puissance, qui nous permettent de nous accomplir et de nous réjouir de ce qu’on a ou de ce qu’on a fait. Ça ne suppose pas que la tâche soit grandiose, ni facile, ni idyllique, ni cool, mais ça implique qu’elle ne nous éteigne pas. C’est la plupart du temps un luxe inaccessible, une belle utopie, mais plus les structures et les entreprises, l’auront dans un coin de la tête, plus la lettre sera facile à écrire. Je vous souhaite de persévérer dans votre être. #Bonjour @orelsan

82 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout