top of page
  • Marie Robert

Ceci est une enquête.

Ceci est une enquête. Nous sommes le 10 janvier. Huit jours nous séparent du début de l'année de nos éventuelles résolutions. Hier, j’ai lu, dans un article plutôt sinistre, qu’il fallait en moyenne 18 jours pour « abandonner » ce qu’on s'était pourtant promis de tenir. Qu’importe l’objet, l’issue est la même : en 18 jours, nos plus sincères promesses s’écroulent, s’effondrent, passent par-dessus bord, elles sont dissoutes dans le flux des jours. Évidemment, il y a toujours de bonnes raisons pour cela, une grippe ou des amis se sont invités à la maison, une surcharge de travail est venue s’immiscer dans la routine, un événement, forcément imprévu, a pris en otage notre esprit faisant presque oublier l’élan qui nous avait mené à ce souhait vertueux. Il n’y a aucune culpabilité à avoir. La vie est faite d’arrêts et de commencements, de tentatives et d’achèvements. Mais il y a un mystère à saisir. Que se passe-t-il dans nos neurones et dans nos cœurs durant ce laps de temps ? Qu’abandonnons-nous et pourquoi ? Depuis notre plus jeune âge, nous faisons beaucoup de choses par contraintes, « c’est comme ça, il faut le faire », nos systèmes éducatifs, professionnels, nous obligent, et bien entendu, lorsqu’une chose est « obligée » au lieu d’être voulue, comprise et ressentie, l’envie de s’en détourner et de s’y opposer est forte. Voilà peut-être une piste à explorer. L’enjeu de l’éducation, que l’on nomme « Bildung » dans la tradition allemande, est de trouver notre place sur terre. Le philosophe Hartmut Rosa nous rappelle que « l’éducation est censée développer la capacité à se connecter au monde, à résonner avec lui. La Bildung doit les aider à se connecter à ces domaines à leur manière propre. Il ne s’agit pas simplement de transmettre des connaissances ; il s’agit d’ouvrir des axes de résonance, afin que quelque chose puisse commencer à vibrer, comme une corde, entre les élèves et les champs qu’ils étudient, et plus globalement avec le monde ». Et c’est sans doute cette connexion qui fait qu’on ne vise plus l’obligation ou la performance, mais qu’on se met à vivre totalement les choses, bien au-delà de 18 jours. Je vous souhaite de vibrer. #Bonjour@lisa.sorgini



98 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page