• Marie Robert

Ceci est une déclaration.


Ceci est une déclaration. Aujourd’hui, je devais être au mariage de mon amie précieuse @jessica_troisfontaine, je me réjouissais de l’accompagner dans ce jour si particulier où l’on décide de s’engager vers l’autre, quel que soit la saveur des jours, et où consciemment, on choisit de célébrer cette fragile et sublime promesse : « Je te veux, pour la vie entière, malgré les ombres, les orages, les pluie torrentielles et les matins froids ». Mais comme souvent dans l’existence le sort en a décidé autrement. L’odieux imprévu est venu se faufiler dans les interstices du quotidien. Et une fois de plus, face à lui, on se trouve démuni, toujours aussi peu préparé, forcé de tenter des gestes et des paroles sans plan préconçu, à partir de ce que nous sommes et de ce que nous éprouvons. On hésite, on bredouille, on bafouille, on tangue. L’imprévu nous oblige à réapprendre, à ramasser nos émotions éparpillées, à définir un plan d’action, à réapprivoiser nos vaines certitudes. On se doit de faire face au vent, de le laisser s’engouffrer dans la chair, sans s’écrouler. On ne peut pas sculpter la vie, elle n’est pas une forme dont on dispose. Elle n’est pas malléable, elle s’écoule. Il ne nous reste qu’à admettre que les souffrances, les maladresses, les faux pas, les manques, jalonnent le parcours. Il s’agit, en somme, de faire le deuil de la perfection, le deuil de la maitrise, et de laisser nos actions s’ajuster à nos défaillances. Alors à défaut de ma présence, peut-être est-ce ici que réside mon véritable cadeau. Car la promesse, il me semble, est un moyen de conjurer l’imprévisibilité du futur. Si l’on ne peut pas connaître l’avenir, on peut toutefois en disposer comme si c’était du présent, et comme l’écrit Arendt, « contre la chaotique incertitude de l’avenir, le remède se trouve dans la faculté de faire et de tenir ses promesses ». L’amour est la plus confrontante, la plus absurde et aussi la plus désirable des aventures, la seule sans doute, capable de défier le temps. Alors de tout mon cœur, de toute mon âme, je vous souhaite, Jessica et Victor, et vous tous ici, de savoir flirter avec l’imprévu et de tenir de vos promesses. Vive les mariés ! #Bonjour 🤍

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout