• Marie Robert

Ceci est une déclaration.


Ceci est une déclaration. Chronophage. Aliénant. Vide de sens. Haineux. Superficiel. Narcissique. Normatif. Contraignant. Puéril. Intrusif. Voyeur. Cacophonique. La liste est longue, les exemples nombreux, et l’application coupable. Tout ce qu’on écrit sur le grandiose écran de fumée qu’est Instagram, nous renvoie à une indéniable vérité. Des centaines de likes échangés chaque jour, du vent qui ne soulève peut-être rien d’autre que nos égos. Vitrine de notre vanité, terreau de nos comparaisons. Nos vacances, nos corps, nos réussites et nos données, stockés quelque part, sacrifiés sur l’autel du néant. La lassitude à l’égard de l’application s’exprime de plus en plus, et certains l’ont déjà quitté refusant d’être victime de leur addiction digitale. Je comprends tout cela, j’en partage parfois le vertigineux constat. Et pourtant, je n’ai pas la même expérience. Instagram est un outil, et comme tous les outils, il s’agit d’en déterminer consciemment l’usage que nous souhaitons en faire. Sur nos pages, nous sommes tous directeurs artistiques de nos existences. Comment souhaitons-nous nous raconter ? Instagram ne m’a jamais empêché de travailler, de parler à des êtres d’os et de chair, de regarder dans la rue, d’ouvrir les yeux sur le monde. Pour ma part, il m’a permis d’être confrontée à d’autres vies que la mienne. Et c’est une chance inouïe. J’ai eu l’occasion de voyager, d’apprendre, de découvrir, de m’indigner, de renouer, de m’émouvoir, et surtout, d’échanger. Chaque matin, je dépose ici une hypothèse, qui n’est pas une leçon, ni quelque chose à vendre, mais juste une pensée qui m’a traversée, et en retour, je fais face à vos altérités. Hier, l’une d’entre vous, une inconnue, m’a annoncée son cancer, et j’ai frissonné comme si nos cœurs étaient liés. Et au fond, ils le sont. Instagram est aussi un révélateur de toutes ces solidarités mystérieuses, celles dont nous n’aurions peut-être pas pris la mesure autrement. Il peut même devenir le lieu de nos universelles vulnérabilités, une tribune pour ceux qui n’ont pas de réseau, juste un projet, une voix à faire entendre, ou l’occasion d’user de nuance et d’humanité. Je vous souhaite une page à notre image. #Bonjour

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.