• Marie Robert

Ceci est une chance.

Ceci est une chance. Une des questions qu’on me pose souvent, c’est « comment c’est de ne travailler qu’avec des femmes ? ». La remarque n’est pas tout à fait exacte, les hommes sont rares certes, mais leur présence est suffisamment indispensable et précieuse pour ne jamais être négligée. Bref, à chaque fois que j’entends cette interrogation, son contenu m’interpelle car je me demande ce qu’il sous-tend. Est-ce à dire que ça doit être difficile, heureux ou délicat ? Tout cela à la fois ? Sans doute que la projection appartient aux histoires intimes portées par mes interlocuteurs. Pour ma part, il s’avère que je travaille avec des esprits brillants, déterminés et compétents. D’aussi loin que je m’en souvienne, je me suis construite, grâce et avec, des femmes sans interroger leur genre, mais en me nourrissant de la place qu’elles savaient prendre. Je parle de ma maman bien sûr, qui ne m’a jamais opposé la moindre limite dû à mon sexe de naissance, mais aussi de toutes celles que j’ai croisé dans mon existence. Ma directrice de thèse, rencontrée en licence, Melika Ouelbani, aussi menue qu’endurante, capable ne céder aucun millimètre pour faire entendre ses convictions. Anne Dufourmantelle, première vraie découverte intellectuelle, qui de finesses en yeux de chats, imposait par son intelligence un respect immense. Mon éternelle Lia, qui n’a pas besoin de discours pour faire de son art une parfaite démonstration de sa liberté singulière. Mes sœurs d’œuvres, Amanda et son esprit de conquérante, Ioana et son tournevis, Sophie et son destin tangérois, ma divine Myriam et mon incontournable Mendrika. Mes accompagnantes, Barbara, Ruxandra, Fella, sans qui le jour se confondrait avec la nuit. Toutes les autres, mes amies chéries, et les trente-trois reines de nos équipes qui par leur confiance en notre vision, rendent mon quotidien respirable. Et puis celles que j’ai croisé ici, un instant ou des heures, les fidèles, les espiègles, les adolescentes, les contrariées... Je ne sais pas vraiment dire ce que c’est de travailler avec des femmes, mais je sais ce que c’est chaque jour de se sentir portée par leur puissance. Je vous souhaite la force de vos tribus. #Bonjour




9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout