• Marie Robert

Ceci est une chance.


Ceci est une chance. Hier en marchant, je me suis demandée pourquoi j’étais à Marseille, ce qui dans la succession de mes choix m’avait conduit à me retrouver là, un 13 juillet, le long du Vieux Port. Evidemment, je pourrais raconter à peu près rationnellement les différentes étapes qui m’ont menées jusqu’ici. Mais quelle que soit la logique apparente, sans doute faut-il admettre que j’aurais pu être ailleurs, et qu’une autre version de moi aurait pu, à cet instant, avancer le long de la Saône ou être assise dans le Middle West. Combien d’entre nous se sont déjà demandés quelles sont les autres vies qu’ils auraient pu avoir ? Quelles sont les existences tapies dans l’ombre de nos chimères ? Quels sont les possibles que nous avons éteints ? Nous avons tous des vies non vécues. Parce que nous faisons des choix, parce que nous avons des contraintes, parce que le contexte nous y oblige, parce qu’avancer, c’est dessiner ses contours d’un trait toujours un peu plus marqué. L’autre jour, je lisais un brillant article du Courrier International citant l’anthropologue Clifford Geetz : « Au premier rang de nos particularités se trouve le fait que nous naissons tous naturellement dotés du matériel nécessaire pour vivre mille existences différentes, pour au final n’en vivre qu’une ». Il y a quelque chose de vertigineux dans cette idée. Un constat métaphysique si fort qu’il peut nous faire chanceler. Le plus dérangeant est certainement la somme de « et si ? » qu’il enclenche. Ces itinéraires bis nous auraient-ils rendus plus heureux ? Je n’en sais rien, et je me méfie des hypothèses, mais surtout, ce qui m’empêche de regretter ces vies suspendues, c’est que j’aurais eu peur de ne pas rencontrer les gens que j’aime et qui éclairent cette vie-ci. La perspective de passer à côté d’eux est bien plus terrifiante que d’avoir possiblement une version de moi plus cool, plus drôle, plus confiante, plus riche ailleurs. Ce qui m’ancre, et me met à l’abri de trop d’errances, c’est l’amour donnant la plus jolie des lumières à nos choix. Merci à tous ceux que j’aime d’être apparus dans cette vie-là. Je vous souhaite de chérir ceux qui habillent votre vécu. #Bonjour

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout