top of page
  • Marie Robert

Ceci est une célébration.

Ceci est une célébration. « Bonne année ! Plein de bonnes choses et surtout, la santé ! ». Combien de fois avons-nous entendu ou avons-nous répété cette phrase au cours de la semaine ? Comme une banalité ou comme une formule convenue, qu’on dépose dans l’univers, avec une pointe de superstition. Il faut dire que la santé n’est pas une notion si simple à appréhender. Bien sûr qu’on en mesure l’importance, cependant, avouons que lorsqu’on va bien, on détourne facilement notre regard. On se reproche notre fatigue, notre pâleur, nos boutons, nos kilos, notre lenteur, oubliant souvent de remercier nos organes pour leur miracle quotidien. Et c’est seulement lorsque le dysfonctionnement intervient qu’on perçoit le caractère prodigieux de ce qui désormais nous fait défaut. Ironie de nos existences, on finit par découvrir la « santé » lorsqu’elle devient « maladie ». Un jour, je suis tombé sur ces mots du médecin Claude Bernard : « Il est très difficile sinon impossible, de poser les limites entre la santé et la maladie, entre l’état normal et l’état anormal. (…) Tout ce qui est compatible avec la vie est la santé ; tout ce qui est incompatible avec la durée de la vie et fait souffrir est maladie ». Au départ, je n’ai pas tout à fait saisi ce que voulait dire « tout ce qui est compatible avec la vie » et puis, il y a quelques semaines, j’ai eu une césarienne. Rien de grave, ni de pathologique, mais l’opération a été éprouvante, en vertu d’une anesthésie défaillante, et soudain, en peinant à me redresser dans mon lit, j’ai repensé à tout cela, et j’ai surtout pensé à tous ceux qui ici, souffrent d’un véritable mal, et non d’une intervention temporaire. J’ai pensé à toutes les chairs entravées par les incisions, les injections, les traitements, les blocages, les brûlures, et j’ai compris de toute mon âme ce que signifiait cette phrase « tout ce qui est compatible avec la vie ». Lorsque le mouvement est empêché, lorsque chaque geste devient effort, lorsque tout le quotidien est envahi par la douleur, on comprend à quel point cette « santé » est un cadeau. Un majestueux cadeau, à préserver, à protéger. Je vous souhaite du plus profond de mon cœur une bonne santé. #Bonjour



22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page