• Marie Robert

Ceci est une boussole.


Ceci est une boussole. Un lundi de rentrée. Comme tant de lundis déjà vécus. Et pourtant, celui-ci a une coloration singulière. Que sommes-nous en train de vivre ? Comment raconterons-nous ce curieux temps dans un an ? Dans dix ans ? Au seuil de nos jours ? Sera-t-il aussi flou qu’il l’est aujourd’hui ? L’esprit s’échappe et le sentiment de chaos ambiant peut nous faire perdre pieds, dissoudre l’importance que nous accordons à notre travail, à notre corps, aux autres, à la société. Pris dans le brouillard d’une année dont le sens nous dépasse, nous sommes nombreux à nous sentir perdus. Mais pourtant je crois que c’est lorsque les appuis vacillent, quel que soit notre situation, qu’il est plus que jamais nécessaire de se rappeler des remparts auxquels nos esprits et nos cœurs sont capables de se raccrocher. Il y a l’amour, toujours, inconditionnel, intarissable, mais il y a aussi la morale. Non pas la morale d’autorité, figée et absurde, mais la morale qui s’impose en nous, comme une évidence. Celle, si bien décrite par Kant, dans ce prodigieux impératif : « Agis uniquement d’après la maxime qui fait que tu puisses vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle ». Les mots sont plus simples que la tournure. Sommes-nous d’accord pour que nos actions soient reproduites par les autres ? Pouvons-nous imaginer que nos comportements deviennent universels ? Ferions-nous les mêmes choix s’il était entendu que tout le monde les reproduisait ? Consommerions-nous de la même façon ? Aurions-nous la même attitude ? Les mêmes petits arrangements ? Se poser ces questions est un moyen rationnel de déterminer les actions qui ne doivent pas être accomplies, ce sont simplement celles qui ne sont pas universalisables. L’enjeu n’est pas le bien ou le mal, ni le respect d’une autorité, mais au contraire, l’idée qu’il existe en chacun de nous une boussole efficace qui nous rend autonome. Nous appartenons tous à ce brouillard et nos mouvements engagent les autres. Alors plutôt que de blâmer ou de se laisser emporter par le néant, demandons-nous quelles actions, nous souhaiterions voir devenir universelles. Je vous souhaite une journée remplie de lumineux repères. #Bonjour

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout