• Marie Robert

Ceci est une ampoule.


Ceci est une ampoule. S’il y a bien une chose qui m’angoisse, c’est quand il n’y a pas assez de lumière dans une pièce. Je ne parle pas de l’obscurité sensuelle du tamisé, mais de l’éclairage des soirs d’hiver. Ceux où l’ombre gagne du terrain sur le jour et où le chauffage peine à lutter contre l’humidité. Ceux où la mélancolie nous dévore et rétrécie nos existences. Et ces derniers temps, entre nous, j’ai quand même l’impression que la lumière est bien basse, et qu’il est grand temps de la rallumer. Je n’ai pas grand-chose à dire ce matin. Ou peut-être est-ce l’inverse, j’en ai tellement qu’elles se transforment en cri. Je ne veux pas être épuisée de lassitude. Je veux être épuisée d’amour, de courage, de solidarité, de sport, de convictions, de bordel, de rires d’enfants, de projets, de gâteaux au chocolat. Que ça déborde. Que ça tangue. Que ce soit grandiose. Que ça sente les soirs de fête. Que les tablées s’étendent. Qu’on monte le son. Que les cœurs soient hauts et qu’on les mette à l’ouvrage. Qu’on lève les yeux. Qu’on réveille nos cerveaux. Qu’on se souvienne que l’intensité n’est pas un gouffre. Que le risque est nécessaire. Que la beauté sauve. Que l’équité n’est pas une utopie. Que le changement commence par l’action. Car peut-être que cet épuisement est le seul tolérable. La fatigue saine, comme la seule réponse possible à ces terrifiantes questions : où passent nos vies, où passe le temps ? Alors en ce samedi, j’ai envie d’appuyer sur l’interrupteur pour tous ceux qui n’ont plus la force de le faire, j’ai envie de mettre ma rage à profit. Qu’on soit des ampoules les uns pour les autres. Pour nos amis, pour nos familles, pour nos voisins, pour les inconnus, pour ceux qui cherchent du boulot, pour ceux qui ont perdu la santé, pour ceux qui désespèrent, pour les étudiants qui ne s’en sortent plus, pour les parents au bout du rouleau, pour les soignants les bras baissés, pour tous ceux qui n’ont plus qu’une toute petite bougie pour y voir clair. Que les réseaux sociaux servent à cela. Etre un réseau pour ceux qui n’en ont pas. Une société capable de créer un brasier, un véritable feu de joie. Je vous souhaite une journée avec beaucoup de watts. #Bonjour

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout