• Marie Robert

Ceci est une énigme.


Ceci est une énigme. Hier, j’ai discuté avec une femme qui évoquait le parcours d’une amie à elle. Après avoir traversé un moment compliqué dans son couple, il lui fallut six ans pour finalement se séparer, et rejoindre le chemin qui était le sien. Six années pour murir une décision et trouver les ressources nécessaires à son départ. En l’écoutant m’est revenue cette question qui me hante régulièrement : pourquoi part-on et pourquoi reste-t-on ? Evidemment, le dilemme est d’autant plus intense qu’il concerne la vie amoureuse, domaine qui condense nos fragilités et nos fantasmes. Mais l’enjeu, il me semble, s’incarne dans tous nos liens. Professionnels, amicaux, familiaux, idéologiques. Qu’est-ce qui fait que l’on tient ? Et qu’un jour on ne supporte plus ? Qu’est-ce qui était déjà là, aux sources de nos rencontres, et qu’on a refusé de voir jusqu’à ce que nos yeux s’ouvrent grands ? Et à l’inverse, qu’est-ce qui fait qu’on y croit encore, malgré tous les malgré, et qu’on cumule les dernières chances les étirant jusqu’à l’infini ? Est-ce qu’il y a des motifs rationnels pour s’en aller ou pour s’accrocher ? Les enfants, l’habitude, les finances, la tradition, la nostalgie, l’espérance, la résilience, le devoir, la liberté ? Ou est-ce qu’au fond il n’y a que la parole du corps ? Quelle dose de larmes, de souvenirs et d’amour faut-il pour enfin trancher ? Je n’ai aucune réponse, ni savoir sacré. Je ne suis pas à l’aise avec les ruptures, je crois même, au fond de mon âme, à la puissance de l’inconditionnel qui dépasse nos modalités, mais je me souviens aussi de ces mots de Claire Marin qui associe le départ à la réparation : « La rupture est une réparation quand elle nous permet d'en finir avec ce qui nous fait souffrir. Elle est libératrice quand elle nous défait d'un milieu, d'un mode de vie ou d'un personnage dans lequel nous étions malgré nous enfermés et qui nous rendait malheureux. Rompre avec son bourreau, qu'il s'agisse d'un adulte maltraitant, d'un collègue harceleur, d'amitiés destructrices, permet de réparer le sujet blessé ». Je vous souhaite de toujours choisir la puissance de la réparation, que soit pour partir ou pour rester. #Bonjour

31Dominique Robert, Sophie Peres et 29 autres personnes

92 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout