• Marie Robert

Ceci est une échelle.


Ceci est une échelle. Il y a peu de temps, je suis allée à Anvers, plus précisément au Fomu, le Musée de la photographie. J’ai vu une exposition qui m’a profondément touchée, et qui plus d’une semaine après, habite encore mon esprit. Le point de départ est un soap américain, dont le nom fera sans doute naître une mélodie dans l’esprit de tous ceux qui ici, ont un peu plus de 20 ans : « Santa Barbara ». Après l’effondrement de l’Union soviétique, la famille de Diana Markosian sombre dans la pauvreté du jour au lendemain. À la même époque, ce fameux feuilleton, devient le premier programme télévisé étranger diffusé sur le territoire russe. Ses dialogues sirupeux, ses couchers de soleil kitschs, et ses histoires d’amour rocambolesques, ouvrent une fenêtre sur un monde nouveau. A force de regarder avec délectation chaque épisode, la mère de Diana Markosian, finit par vivre « dans » la série. Une fois divorcée, elle décide d’abandonner son pays et de s’installer aux États-Unis, en quête d’une vie meilleure pour elle et pour ses deux enfants, aussi décevante soit la réalité effective. À travers cette exposition, Diana Markosian tente de comprendre la décision de sa mère, de saisir comment une fiction devient le moteur d’une existence. Au-delà de son travail, qui est vraiment très réussi, je crois que c’est un thème qui m’émeut beaucoup. Bien sûr qu’on peut trouver ça ridicule de s’exiler quelque part simplement parce qu’on a regardé la télé. Et pourtant, qu’est-ce qui nous donne la force de sortir de nous-même ? Qu’est-ce qui nous pousse à changer, à nous transformer ? Nous sommes tous sous influence car c’est au contact de l’autre qu’on change. Alors certes, il faut espérer que cette influence soit la plus pertinente possible, et qu’elle soit un tremplin et non une imitation, mais dans certains moments arides, ne sous-estimons pas l’importance d’une fenêtre ouverte sur un ailleurs. « Santa Barbara, qui me dira pourquoi, j’ai le mal de vivre ? » - Paroles du générique. Je vous souhaite d’avoir quelque part, une lucarne qui vous donne le courage d’avancer. #Bonjour @markosian

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout