• Marie Robert

Ceci est un trésor



Et comme tous les trésors, seule une quête peut nous y conduire. Je crois parfois avoir lu bien plus qu’il n’en faut sur la précocité, sur ces fameux surdoués, tant décrits, tant analysés. Et pourtant, j’ai la sensation qu’aucun texte, ni aucune terminologie ne parvient réellement à cartographier cette curieuse terre qui demeure inconnue. Car finalement comment faire saisir auxautres cette sensibilité à fleur de peau qui fait tout entendre plus fort ? Comment expliquer ce besoin d’amour, jamais inassouvi, qui conduit parfois aux comportements les plus irrationnels et les plus déviants ? Que raconter sur ce cerveau qui détaille le moindre geste jusqu’à faire du monde un brouhaha permanent ? Comment traduire cette insécurité métaphysique que rien ne peut endiguer ? Comment rire de ces frustrations quotidiennes, de ces tocs, de ces manies, de ces peurs paralysantes ? Comment supplier les parents, les amis, les professeurs, les collègues, de supporter ce manque de confiance chronique teinté d’une exigence insupportable ? Comment rappeler, sans exaspérer, que les contours de l’être se dessinent à grand renfort de doutes à éprouver, de limites à tester et d’abîmes avec lesquels flirter ? Si seulement, il s’agissait de bonnes notes. Si seulement, il y avait un mode d’emploi. Si seulement, la souffrance pouvait parfois être plus discrète. Et pourtant, à l’issue de cette quête, désarmante et laborieuse, c’est bien un trésor dont il s’agit. Des individus capables d’infini, et surtout d’aimer à l’infini. Le chemin en vaut la peine, l’écoute, la patience, les rituels, le cadre à mettre en place sont les garants de ce dépassement.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout