• Marie Robert

Ceci est un territoire



L’autre jour, dans le cadre d’un hors-série du magazine ELLE, le journaliste Patrick Williams m’a demandé de regarder des photos de femmes médiatiques et d’analyser ce que leur enveloppe m’évoquait. Exercice passionnant que d’observer @serenawilliams et sa musculature de gladiateur au service d’une performance. L’image d’un corps machine bâti pour gagner, sans qu’on ne s’interroge sur son plaisir ou sa souffrance. @lenadunham et ses cicatrices, son ventre, son endométriose, un corps incarné. Un corps de chair et de sang, loin de la simple esthétique des courbes. @christineandthequeens et son corps comme un espace de fiction, une extension de la scène, la quête d’une représentation. @kimkardashian flirtant avec le fantasme de l’immortalité en proposant un corps qui n’est plus réel mais hyper-réel, un galbe, un épiderme, des volumes si spectaculaires qu’ils n’appartiennent plus tout à fait à notre monde mais à la virtualité. Au fil de ses contours, j’ai été saisi par les interprétations, les virages, les hypothèses possibles. Leurs réponses m’intéressent moins que la diversité de leurs compréhensions. Que dit notre corps ? Quelle histoire choisissons nous de raconter sur lui ? Comment le faisons nous exister ? De quelles façons nous l’utilisons, le regardons, le préservons ? Plus qu’une injonction ou la quête d’un mode de vie, c’est saisir que nous sommes un territoire, une parcelle de la nature et qu’être c’est l’habiter.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.