• Marie Robert

Ceci est un terrain d’amour.


Ceci est un terrain d’amour. Hiver 1991. Ecole Primaire Pierre Larousse. Je ne sais pas pourquoi, ce matin, une image de la cour de récréation s’est immiscée dans mes pensées. L’odeur du préau humide, les trous dans le ciment pour jouer aux billes, les jeux à deux, à quatre, à dix, les éclats de rire, les joues rouges d’avoir couru, les bonnets perdus. Quelle drôle de chose que la « récré ». Un moment sauvage, une libération festive pour certains, une épreuve pour les autres. Des minutes, bien moins cadrées que la salle de classe, où il fallait « faire sa place », trouver ceux avec qui on allait s’amuser, ceux qui allaient faire de nous des « cools », ou plutôt, des « fréquentables » toujours invités aux anniversaires. Parfois, au gré d’un jeu, il y avait un commentaire, un déclencheur qui ouvrait le feu des moqueries plus ou moins blessantes, plus ou moins innocentes. Alors parfois, pour se défendre comme un bouclier, on répondait en criant : « C’est celui qui le dit qui l’est », renvoyant le moqueur à son insulte, avant que la cloche sonne la trêve. Je me suis demandée si nos interactions d’adultes ne ressemblaient pas à ces cours de récré, si nos réseaux sociaux n’étaient pas porteurs des mêmes détentes salvatrices, des mêmes joies excitantes, des mêmes partages complices, et des mêmes angoisses identitaires. Et puis, j’ai aussi pensé aux commentaires acerbes qu’on lit parfois, aux remarques indélicates, aux jugements hâtifs que l’on formule sur le physique, sur les modes de vies, sur les choix éditoriaux, sur les photos, etc., toutes ces réflexions qui privent de dialogue et qui empêchent de profiter de la récré. Comment répondre ? Comment apprendre aux adolescents à se protéger ? Peut-être en appliquant le même adage. « - Si quelqu’un vous tend un cadeau et que vous ne l’acceptez pas, à qui appartient le cadeau ? demanda le samouraï. – A celui qui a essayé de le donner, répondit un des disciples. – Cela vaut aussi pour l’envie, la rage et les insultes, dit le maître. Lorsqu’elles ne sont pas acceptées, elles appartiennent toujours à celui qui les portent dans son cœur » - Savoir se taire, JC. Seznec. Je vous souhaite une récré sereine et joyeuse. #Bonjour

106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout