• Marie Robert

Ceci est un temps infini.

Ceci est un temps infini. Comme tout le monde ici, depuis plus de vingt-quatre heures, je regarde médusée des images de la Reine Elizabeth. Je me suis demandée ce qui se jouait dans cette vibrante communion digitale. Je suis toujours un peu dubitative lorsque j’assiste à un déferlement de partages autour d’une figure décédée. Je me méfie du bruit qui souvent dissout la nuance, j’ai peur qu’il altère notre raisonnement, et au fond notre capacité de jugement. Pourtant, je me suis retrouvée très émue face à ces milliers de regards entourant la Reine, émue par son visage conjuguant l’espièglerie au sérieux, par ses rencontres iconiques, par ses tailleurs aussi colorés qu’insensés, ou encore, par ses liens singuliers avec son Prince Philippe. Surtout, j’ai été bouleversée par le temps long qu’elle a su incarner. Non pas ce temps de l’urgence, ce temps de la réaction, de l’agitation, de l’effervescence maniaque, de la tendance, de la pression. Mais bien celui de la durée qui s’étire, de la mesure faite pour « per-durer ». La célèbre formule de la Reine « Never explain, Never complain » autrement traduite par « Ne jamais expliquer, ne jamais se plaindre », a bien des limites. Cependant, au-delà de ce que certains appelleront sévérité, elle contient quelque chose qui renvoie précisément à cette idée que l’immédiateté ne fait pas tout, et que les claquements de doigts nous usent, plus qu’ils nous construisent. Dans l’éducation, nous nous situons dans un temps long, très long, rien n’est transmis, ni acquis, en six jours d’école. Et je crois qu’il en va de même dans tous les domaines. Le temps de la pensée n’est pas celui des montres. Le temps de la pensée est comme celui du cœur, comme celui de nos organes, comme celui de l’artisanat. C’est un temps qui a besoin de s’enraciner, sans bavardage. Peut-être est-ce cela l’héritage de la Reine, pas seulement des milliers d’images, ou une réflexion sur la monarchie, mais bien une démonstration de ce que signifie de traverser un siècle, ce que c’est qu’avoir confiance dans le ballet des jours. Et c’est encore plus beau d’observer cela tous ensemble. Je nous souhaite de sauver le temps de la Reine. #Bonjour


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout