• Marie Robert

Ceci est un souvenir.


Ceci est un souvenir. Il y a 5 ans jour pour jour, mon frère était en train de faire une tarte aux courgettes dans la cuisine. Assise face à lui sur le banc en bois, je rédigeais ce qui allait devenir le premier chapitre de mon tout premier livre. J’avais nommé le fichier « Spinoza chez Ikea » et j’y racontais une anecdote qui m'était réellement arrivée. Il s’agissait du jour où après avoir passé 4h à arpenter vainement les allées d’Ikea, abattue par un fort sentiment d’impuissance, bouleversée par des émotions confuses, je m’étais mise à pleurer dans l’espace libre-service, me demandant ce que je faisais là et pourquoi la vie avait si peu de sens. J’étais en état de crise et je ne savais littéralement plus quoi faire. Pour me calmer, j’avais décidé de passer en revue toutes les choses qui, dans la vie, m’apaisaient et m’aidaient à me sentir mieux. Et c’est ainsi que m’était apparue la figure de Spinoza. Dans un coin du magasin, j’avais imaginé que mon cher philosophe venait m’adresser quelques mots réconfortants. J’avais arrêté de pleurer et je m’étais accrochée à ses concepts. Sa philosophie venait de sauver mon après-midi et l’idée du livre était née : raconter des situations de crise et présenter des philosophes capables de nous aider à dédramatiser. Dans ces récits, j’ai voulu parler de ces minutes de chaos où tout vacille, de ces instants qui nous laissent en proie à la colère, à la culpabilité, à l’incompréhension, à la honte. Des histoires que nous avons tous vécues. Et pour y répondre, quoi de mieux que des paroles rassurantes qui ont traversé les siècles ? Il me paraissait essentiel, même si cela en choque certains, de sortir la philosophie de son piédestal et de sa bourgeoisie, pour la replacer au cœur de nos soirées, de notre travail et, surtout, de notre quotidien. Cinq ans après, j’ai toujours autant de crises et peut-être encore plus de doutes. Je ne sais pas la tournure que je donnerai à mon écriture, ni quels sont les défis qui m’attendent, mais je remercie de tout mon cœur les lecteurs qui m’ont fait vivre le plus beau des quinquennats. Je vous souhaite de trouver de la douceur lorsque votre monde s’écroule. #Bonjour

43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout