• Marie Robert

Ceci est un sommet que nous pouvons atteindre



« - Marie, t'as quel âge ?

- 33 ans.

- T'es jeune ou t'es vieille ?

- ... ».

33 ans. Ni réellement millennial digitalisée, ni quadragénaire triomphante. L'âge d'avoir passé un deug et d'avoir eu un 3310. De pouvoir réciter « pull marine » et « laisse pas trainer ton fils » comme s'il s'agissait de poésies. D'avoir vu des copines se marier et d'autres amies divorcer. De s'être nourrie de vigipirate, de concepts en vrac et de se résoudre au gluten free. De décliner un chapelet de pernicieuses tragédies, 21 avril, 11 septembre, 7 janvier, 13 novembre. D'assumer que l'antisémitisme et l'homophobie sont des fléaux toujours aussi présents et rampants. De se souvenir du Kosovo et du Rwanda. D'avoir été taxée de bobo, de prof, de socialo, d’assistée, de libérale, d’utopiste, d'inconséquente. De connaitre bon nombre de chômeurs, de reconvertis, d’universitaires précaires, de star-uppers illuminés. L'âge d'avoir su user de nos contradictions. L'âge d'avoir menti, d'avoir triché, d'y avoir cru. 33 ans, pas mariée, pas d'enfants. L'âge pour appliquer religieusement du contour des yeux, faire du yoga tous les matins et ne prier d'autres dieux que Wittgenstein, Tolstoi, et Spinoza. L’âge aussi d’avoir vu fondre les glaciers et la planète se réchauffer. 33 ans. Ni jeune, ni vieux, mais peut être l'âge de plonger dans l'action, d'assumer, d'y croire un peu. De faire autre chose que jauger, juger, normer, provoquer, cloisonner, raconter l'identique, le commun, la convenance. L'âge de créer, de pardonner, et surtout de se bouger. Prendre sa part, espérer, croire en la coopération, au partage, aux micro-actions plus qu’aux grands récits. Croire en nous tous, et surtout en la génération à venir. Lui donner les bons outils. L'important c'est pas la chute, c'est l'atterrissage.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.