• Marie Robert

Ceci est un risque à prendre



Est ce qu'un chagrin d’amour peut nous marquer à vie ? L’évidence de la réponse n’entrave en rien la possibilité de construire d’autres histoires. Mais il faut sans doute accepter qu’on ne s’habitue jamais aux choses qui finissent. Chaque chagrin d’amour à ce quelque chose d’inconsolable, qui loin d’être un châtiment, est une opportunité d’introspection. Vivons notre peine, allons regarder ce qui se joue en elle. Quelle est la part d’enfance qui s’exprime dans notre souffrance ? Quelles sont les peurs qui s’y manifestent ? Quels sont les schémas à briser ? Plutôt que de la nier ou de la livrer aux commentaires des uns et des autres, notre chagrin peut devenir une quête de nous-même, une étape qui, si on ose l’affronter, nous transforme, nous précise dans notre être. Le chagrin d’amour est universel, mais son vécu ne peut être que solitaire. C’est peut-être ici que se déploie toute la puissance amoureuse, dans ce risque, dans cette audace métaphysique, qui dans le bonheur ou dans le chagrin, nous permet de nous ajuster, et de comprendre qui l’on est.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout