• Marie Robert

Ceci est un pouvoir.


Ceci est un pouvoir. Parfois, c’est si décourageant. Il y a des matins où l’on contemple le monde avec effroi. Partout où l’on regarde, il y a tant à faire. Les sujets de nos désespoirs, de nos injustices, et de nos écœurements s’emboitent, ils filtrent les uns avec les autres. Comme des poupées russes sans hiérarchie. Nos dysfonctionnements nous dépassent. Les systèmes que nous avons créés se cannibalisent. La violence s’infiltre insidieusement dans des gestes que l’on pense anodins. Nos modes de consommation ne sont pas neutres. Nos manières de manger, de nous habiller, d’éduquer, de répondre, de parler, de voyager, de tendre, de nier ou de considérer, nous impliquent, mais elles impliquent aussi les autres, et dessinent le monde à venir. S’en apercevoir est vertigineux, la respiration devient haletante, la colonne se raidit sous le poids de la responsabilité. Certes, nous avons parfois des circonstances qui atténuent nos actes, mais au bout du compte, nous sommes pour la plupart responsables de tout ce que nous faisons volontairement, ainsi que de tout ce que nous laissons faire et que nous aurions pu empêcher. Le réaliser est si confrontant, qu’on est tenté de fuir. On ne souhaite plus qu’une chose, s’enfoncer dans le confort ouaté de notre canapé. Car comment vivre avec ses enjeux au bout de nos doigts, au cœur de nos bouches, à la pointe de nos yeux ? Je n’ai pas de réponse, mais je sais que malgré la difficulté, cette responsabilité est aussi ce qui donne un sens à nos vies. Ce que nous faisons compte. Quel incroyable cadeau. Quel pouvoir prodigieux. Nous avons à chaque seconde la possibilité de faire de notre mieux et l’opportunité de faire des choix conscients tournés vers l’avenir. C’est éreintant, mais c’est aussi fondateur. Nous sommes acteurs. Lorsqu’on y pense, la fatigue laisse place à un torrent d’émotions. « Un homme doit agir pour les autres et non s’en détourner le regard ; s’il voit un incendie, il a le devoir d’essayer de l’éteindre ; s’il n’a pas un seau, il peut utiliser un verre ; s’il n’a pas de verre, il trouvera une cuillère, l’important est de continuer à essayer » - Amoz Oz. Je vous souhaite une journée d’actions. #Bonjour

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout