• Marie Robert

Ceci est un point d’équipe.


Ceci est un point d’équipe. Voilà un an que beaucoup d’entre nous échangent le plus souvent derrière des écrans, du moins dans le monde professionnel. Les interfaces de zoom, et autres teams, sont devenues notre nouvel espace de dialogue. C’est efficace, prodigieusement pratique et responsable. Cela permet de rester en chaussettes, de se rencontrer à 1000km d’écart, de faire sa machine à laver pendant une réunion, et de ne pas porter de masque. C’est une manière pertinente de pallier à l’impossible. Alors, ce week-end, j’ai fini par me demander ce que ça changeait de voir les gens « en vrai ». Et les frissons qui m’ont traversé ont agi comme un électrochoc. Voir les gens « en vrai », c’est précisément se détourner d’une information figée, pragmatique, utilitaire, pour s’ouvrir à l’implicite, à tout ce qui n’est pas dit, et qui pourtant, fait partie intégrante de notre interlocuteur. Tout ce qui ne peut pas être saisi derrière un écran. Le plissement des yeux, la couleur changeante de l’iris, la variation du timbre de la voix, la petite mèche dans le cou indiquant un matin fatigué, le mouvement d’un pied impatient, le mascara ayant légèrement coulé, etc. Et puis tout le reste, tout ce qui ne constitue pas une tâche à faire, tout ce qui se crée en étant dans la même pièce, à la machine à café, à la pause déjeuner. L’empire de nos digressions, de nos bavardages, de nos banalités ou de nos éclats de rire. La symphonie du lundi matin. « Ah t’as fait quoi ce week-end ? Tiens, tu ne veux pas un carré de chocolat ? ». Cette somme d’indices qui font le terreau de notre vie professionnelle, qui enclenche notre créativité, qui tisse ces liens si curieux que nous avons avec ceux que l’on nomme « collègues ». Je pense parfois aux discours de départ en retraite que nous prononcerions, si une malédiction nous faisait rester des décennies en télétravail. Que saurions nous de l’autre hormis son identifiant ? L’intimité peut se créer à distance, mais je doute de sa profondeur et de son intensité. Nos écrans sont précieux mais ne perdons pas de vue, que le contact est lit de nos souvenirs, de nos tendresses et de nos révolutions. Je vous souhaite de chérir vos collègues. #Bonjour

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout