• Marie Robert

Ceci est un partage.

Ceci est un partage. A quoi pensent les gens ? Ceux qu’on croise dans la rue, à la boulangerie, au supermarché ? Qu’est-ce qui les anime, les peine, les chagrine, les emballe ? L’envie de savoir qui sont ces inconnus nous poussent parfois à espionner leur conversation, à lorgner sur un texto, ou encore à élaborer des hypothèses sur la vie de nos voisins. C’est précisément dans le but de satisfaire ce genre curiosité, que Leon Miyachi s’est mis en tête de réaliser un projet singulier. Leon vit au Japon et fréquente assidument des « konbini ». Il s’agit de petits commerces de proximité ouvert une bonne partie de la nuit. Les fêtards y croisent des insomniaques et des travailleurs, et une faune insolite s’y mélange jusqu’au matin. C’est un cadre idéal donc, pour celui qui se questionne sur la nature humaine et qui cherche à l’observer d’un peu plus prêt. Et c’est dans ce contexte que Leon a décidé de sortir son micro pour réaliser ses « Konbini confessions » diffusées depuis 2021 sur sa chaîne Youtube. Ses questions sont curieuses, parfois confuses, triviales ou profondes, intimes ou lambda : « Quelle est votre odeur préférée ? Quel animal pourriez-vous vaincre en combat singulier ? Quel est le sens de votre vie ? Que pensez-vous de l’autorité ? Vous aimez le coca zéro ? La politique est-ce un sujet pour vous ? ». De ces échanges se dégagent une sorte d’absurdité poétique qui conduit l’interlocuteur à une sincérité immédiate. Au lieu d’être étonné, ou choqué, le passant s’assied aux côtés de Leon et se livre, comme si finalement, tout cela était normal et qu’il appréciait, pour quelques minutes au moins, que quelqu’un s’intéresse à lui. C’est ainsi que depuis deux ans, Leon Miyachi est devenu une sorte de confesseur digital, ami des excentriques, des marginaux, des oubliés, des jeunes, des vieux, des tourmentés des privilégiés, et de tous ceux qui errent la nuit dans ces oasis que sont les « konbini ». Plus encore que son idée ou son nombre de vues sur la chaîne, c’est sa conclusion qui bouleverse : « Tout cela au fond, c’est pour comprendre combien nous nous ressemblons en tant qu’êtres humains ». Je vous souhaite de parler avec vos voisins. #Bonjour


25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout