• Marie Robert

Ceci est un monument



L’album « Roule Galette » est un vestige incontournable, un passage obligé lorsque l’on visite le musée de l’enfance. L’histoire un peu curieuse, adaptée d’un conte slave du 19e, est celle d’une galette de blé posée sur le rebord d'une fenêtre. La galette s'ennuie, tombe dans le jardin, et commence à rouler. En roulant, elle croise un lapin, un loup et un ours. Tous veulent la manger mais elle leur échappe. Jusqu'à ce que, flattée par le renard, elle se laisse croquer. Une comptine interprétée à chaque fois différemment au gré de celui qui la lit, rythme le texte. La morale se dissimule avec plus de mystère qu’une fable classique : la galette cède à la flatterie du renard, mais en même temps, elle trouve un sens à sa vie en se faisant manger. L’idée au fond est la conception d’une certaine liberté d’action. Lorsqu’en 1933, Paul Faucher, pionnier de l'Éducation nouvelle, fonde Père Castor chez Flammarion, en s’inspirant des récits d’Europe de l’est, il ne sait pas à quel point les milliers d’albums vendus vont laisser une trace indélébile dans l’imaginaire de l’enfance. Des dessins désuets, des histoires simples, et surtout, le plaisir tendre d’un intemporel, un truc tellement partagé qu’il rassure. Un fil tendu entre des générations. Un trésor précieux. Quelque chose qui demeure, malgré les modes et les écrans. Pourvu que la galette continue de rouler.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout