• Marie Robert

Ceci est un miroir.


Ceci est un miroir. Ce texte de Raymond Carver, je le garde tout le temps près de moi, depuis des années. Ces quelques lignes sur la peur qui résonnent dans ma tête comme une mélodie obsédante, comme une ritournelle maniaque. Il fait partie de ces passages qui nous marquent parce qu’on aurait sans doute pu les écrire. « Peur de voir une voiture de police s’arrêter devant la maison. Peur de m’endormir le soir. Peur de ne pas m’endormir. Peur du passé qui ressurgit. Peur du présent qui s’envole. Peur du téléphone qui sonne en pleine nuit. Peur des orages électriques. Peur de la femme de ménage qui a un bouton sur la joue ! Peur de ces chiens qui, m’a-t-on dit, ne mordent pas. Peur de l’anxiété ! Peur de devoir identifier le corps d’un ami. Peur de manquer d’argent. Peur d’en avoir trop, même si l’on ne me croira pas. Peur des profils psychologiques. Peur d’être en retard et peur d’arriver avant tout le monde. Peur de l’écriture de mes enfants sur les enveloppes. Peur qu’ils meurent avant moi, et que je me sente coupable. Peur de devoir vivre en maison de retraite. Peur de la confusion. Peur que cette journée s’achève sur une note sombre. Peur de me réveiller et que tu ne sois plus là. Peur de ne pas aimer et peur de ne pas aimer assez. Peur que ce que j’aime se révèle mortel pour ceux que j’aime. Peur de la mort. Peur de vivre trop longtemps. Peur de la mort. ». La peur, l’angoisse, l’anxiété. Une liste sans fin. Aussi légitime qu’absurde. Légitime parce qu’absurde. Un souffle paralysant. Une perspective aveuglante. Ce serait si facile de dire « qu’il faut » s’en défaire. Comme si le vent pouvait soudain les emporter. Aux illusoires injonctions, je préfère les propositions. Plutôt que de le nier, peut-être faut-il les regarder avec attention. Les considérer. Leur donner toute la considération que chacune d’elle suppose. Que disent-elles de nous ? C’est à ce prix sans doute qu’à force d’être entendu, nous arrivons à les dissoudre. En pleine lumière, elles ne pourront plus ramper dans notre âme. Honorer nos peurs est certainement la seule façon de les laisser filer...et de les affronter. Je vous souhaite d’aller regarder vos frémissements. #Bonjour C. : G. Bensimon

59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout