• Marie Robert

Ceci est un lundi matin.


Ceci est un lundi matin. Il y a quelque chose qui me tracasse souvent. Ce n’est pas vraiment une angoisse, mais un questionnement toujours présent, peut-être plus encore en début de semaine : comment se renouvèle-t-on ? Dans le travail, dans nos amitiés, dans notre intimité, dans nos amours, dans notre garde-robe ? Comment ne pas céder à la répétition ? Comment ne pas lasser, et ne pas se lasser ? Je crois que nous sommes nombreux à être sur la tangente. Il y a ce pull, qu’on adore et qu’on met tout le temps, jusqu’au jour où soudain, il nous insupporte, et où on ne voit pas d’autre option que de s’en débarrasser. Idem, pour cet artiste dont on a écouté tous les albums avant de décréter finalement qu’il fait « toujours la même chose ». Est-on voué à cette obsolescence programmée, même dans nos attachements ? Est-ce que notre esprit est conditionné à faire de la mode sa seule permanence ? Peut-on demander à quelqu’un qu’on aime pour ce qu’il est, de changer au risque que l’on s’use ? Est-ce que tout d’un coup, je dois me renouveler en mettant des photos en couleur ? En ôtant les « ceci est » ? En forçant la surprise ? Quelle équation complexe, que celle qui nous impose de jongler entre le confort du familier et celui de la nouveauté ! Entre l’habitude et la lassitude. Est-ce qu’on doit quitter ce qu’on chéri, simplement parce qu’on anticipe la déchéance ? Je ne crois pas. Ou plutôt, je n’ai pas envie d’y croire. Je n’ai pas envie de céder à des stratégies artificielles. J’espère qu’on se renouvèle en s’ajustant au présent, en se connectant à l’instant, en ouvrant ses yeux en permanence, et en engageant sa curiosité à chaque seconde. C’est peut-être ainsi qu’on met en place d’infimes variations, qui les unes après les autres, conduisent à une complète transformation, certes pas spectaculaire, mais suffisamment profonde pour qu’on soit toujours aligné à soi et à l’air du temps. J’ose imaginer qu’en suivant son intuition profonde, on résout les plus épineuses équations et l’on découvre l’élégance de l’intemporel. Je vous souhaite le goût des tubes éternels. #Bonjour

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout