• Marie Robert

Ceci est un kaléidoscope.

Ceci est un kaléidoscope. C’est tout de même marquant d’observer la somme d’opinions que nous délivrons quotidiennement. Je ne parle pas uniquement de celles que nous donnons sur l’actualité. Je parle de toutes les autres. De nos expériences personnelles que nous érigeons en vérités. Nous ne le faisons pas par malveillance, par volonté de domination, ni même par sentiment d’autorité. Nous le faisons « malgré nous ». Parce que notre vécu nous semble être une ligne de conduite suffisamment stable pour qu’il devienne un vécu « commun ». Il est le seul prisme avec lequel nous percevons la réalité. Alors on y va, à grands renforts de phrases, de commentaires, de témoignages, de conseils : « Ah bah tu vas voir comment ça va se passer ! ». On décline cela pour la naissance, l’adolescence, la retraite, la ménopause, le divorce, le mariage, les déménagements…etc. Parfois, c’est lumineux et doux. Parfois, c’est terriblement anxiogène. Mais lorsqu’on décortique cette habitude, on s’aperçoit surtout d’une relative absurdité. Mardi, je regardais un reportage sur l’ADN, et ce qui me subjuguait, c’était d’imaginer que nous avions tous ici, des ADN différents, et que même les individus les plus proches n’avaient pas le même. Nous sommes tous, et cela n’en finit pas d’être fascinant, résolument différents de corps et d’esprit. Ça signifie pas que le collectif ne peut pas exister, ça n’implique pas que la transmission soit impossible, c’est simplement prendre la mesure que l’autre n’est jamais nous. Et que nous ne sommes pas l’autre. Notre chair, nos métabolismes, nos os, ont beau être régit par une structure commune, on ne sait pas tout. Le sujet le plus saisissant pour s’en rendre compte est bien le thème de l’amour. Qui peut prétendre exprimer quoique ce soit sur l’amour qui saisit quelqu’un ? Sur la manière dont il va le ressentir, le vivre, le montrer ? Nous n’avons pas souvent les mots suffisants pour le dire, alors comment prétendre dire quoique ce soit de l’amour des autres. Aimer est l’expression de notre extrême singularité. Nous sommes des kaléidoscopes aux assemblages uniques, aux mystères infinis. Je vous souhaite d’avoir confiance en votre unicité. #Bonjour C : Bod


18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout