• Marie Robert

Ceci est un individu qui n’aimera sans doute pas ce post



Par pudeur ou par crainte des effusions. Et pourtant, sa présence ici, et surtout, dans ma vie, honore le cœur autant que la raison. Il faut remonter à la source pour le comprendre. 30 décembre 1991, jour de mon anniversaire, j’ai 6 ans, je suis déguisée en Marquise dans la perspective de donner du panache à l’occasion. C’est cette date que mon frère choisit pour nous présenter son meilleur ami. J’ouvre la porte, la timidité impatiente. Le voilà. Jeune homme au profil grec, à l’humour cocasse, et à l’élégance princière. Est-ce à cet instant que tous les trois nous sommes devenus des triplés ? Est-ce à cette seconde que mes parents ont eu trois enfants ? Peut-être. Quoiqu’il en soit, plus de 25 ans après, sa rigueur protestante, son exigence pointilleuse et son éthique bienveillante ont structuré à jamais mon esprit. La passion pour les concombres, les crèmes hypoallergéniques et les blagues idiotes ont fait le reste. Il est impossible de définir nos rapports, de les classer, de les endiguer. La « sororité » est un terme puissant et à la mode, mais comment nommer, au-delà du genre, les individus capables de bouleverser notre vie ? D’être une telle évidence qu’ils n’en sortiront jamais ? Comment ne pas croire que l’amour et les rencontres restaurent un ordre du monde ? Je n’aurais sans doute jamais de plus beau cadeau d’anniversaire.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout