• Marie Robert

Ceci est un hymne à la joie.


Ceci est un hymne à la joie. Je n’ai pas envie de laisser mon esprit se faire happer par des nouvelles qui ne m’appartiennent pas. Je n’ai pas envie de commenter des décisions qui ne dépendent pas de moi. Ce n’est ni un déni, ni une fuite. C’est un changement de regard. Nous sommes notre langage, nos actions, nos luttes, nos sourires, nos lectures, nos engagements, nos caresses, nos solidarités. Nous sommes aussi nos joies. Et j’ai plus que jamais envie de m’enrouler dans leur beauté. La joie est une émotion vive, souvent accompagnée d’un sentiment de plénitude. On l’éprouve lorsque nos désirs et nos besoins sont satisfaits. La joie se distingue du plaisir par sa durée et son intensité, mais aussi du bonheur, qui est davantage un idéal. Elle correspond, chez Bergson, à l’élan vital, celui issu d’un monde qui « s’invente sans cesse ». Elle est ce sentiment qui naît chez l’individu conscient d’avoir amené quelque chose de viable à la vie. Qu’il s’agisse d’un enfant, d’un projet, d’un plat, d’une œuvre d’art, d’une entreprise, d’une idée, d’une histoire, d’un amour, peu importe, c’est la puissance de voir que ce qui n’était pas, est devenu. « Partout où il y a joie, il y a création : plus riche est la création, plus profonde est la joie » écrit-il. Alors, peut-être est-ce plus que jamais le moment de nous demander : qu’est-ce qui nous rend joyeux ? Quelles sont les tâches, les pratiques, les instants qui éveillent dans notre cœur cette émotion commune à aucune autre ? Qu’avons-nous besoin et envie de créer ? Qu’attendons-nous pour le faire ? Et aussi qui sont les gens dont la présence nous égaye, nous transportent, nous illuminent ? Quelles relations méritent qu’on les bâtisse à grand renfort de rires, d’attentions, de temps, de sentiment ? La joie n’est pas un sédatif, elle n’est pas une addiction dévorante, comme peut l’être le plaisir, elle n’oublie pas le monde, mais elle nous aide à le contempler avec tendresse. Il n’y a de vraie joie que dans notre présence et dans l’observation de tout ce qui est vivant, puissant, persévérant, même dans le malheur et les contraintes. La joie comme résistance. Je vous souhaite un ouragan de joie. #Bonjour

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout