• Marie Robert

Ceci est un hommage.


Ceci est un hommage. Je fais du sport tous les matins. Je ne déroge jamais à la pratique, quoiqu’il arrive. Et si par hasard, je dois partir plus tôt, et bien je me lève quelques minutes avant pour voler ce temps au flux ravageur de l’existence. Exprimée ainsi, ma parole peut sembler agaçante, prétentieuse, moralisatrice, l’expression d’une performance dictée par une société de consommation qui n’a jamais fini d’exiger, ou peut-être le refus névrotique d’un lâcher-prise. Et pourtant, je crois sans faux semblant, ni déni, que c’est tout autre chose qui se joue dans ce que je pourrai appeler « mouvement » bien plus que « sport ». Comme beaucoup, j’ai parfois du mal avec ma personne. Je ne me trouve jamais assez engagée, ni assez pertinente, je rage contre mon incohérence lorsque j’arrive à la percevoir, je culpabilise un nombre incalculable de fois dans une journée, et je suis la première dans la glace, à établir un état des lieux négatif. Je pourrais dire le contraire, parler de la précieuse et nécessaire, acceptation de soi, mais ce ne serait pas tout à fait sincère, car le chemin est plus épineux qu’il n’y paraît. Aussi récurrentes soient ces pensées, elles s’envolent véritablement lorsque je mets mon corps en pratique. Lorsque je bouge, lorsque je mange, je suis toujours éblouie par son mécanisme, par cette prodigieuse capacité à engager des processus qui nous dépassent, par son fonctionnement éblouissant. Je salue de toutes mes forces, non pas ce corps sain, normé, lisse, machine à records tendu vers une illusoire perfection, mais ce que je loue, c’est cette chance, ce luxe, cette sublime possibilité de me mouvoir, de percevoir, de sentir, de fonctionner. Il y a, à cet endroit, un miracle. Cet espace de sport, devient finalement, un espace de recueillement, un instant de gratitude adressée à mes cellules qui ont bien voulu me conduire jusque-là, une dédicace à ces flux, à ces organes, à ces viscères, à ces liquides, à ces cavités, cet oxygène, et à toute la singulière alchimie, qui me tiennent debout et en vie. La seule performance qui tienne est de nous souvenir chaque jour de ce que c’est qu’être vivant. Je vous souhaite d’aimer votre magma. #Bonjour

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout