• Marie Robert

Ceci est un héritage que nous devons transformer



Et s’il suffisait de quelques gorgées d’un philtre enchanteur ? D’une amulette plantée au bon endroit, d’un onguent savamment appliqué ou d’une prière murmurée comme il se doit ? Et si l’amour était une simple question de rites capables de faire naître la passion et le consentement et pour enfin maîtriser ce qui nous échappe le plus profondément ?La raison grecque se dissout dès qu’il s’agit d’Eros. L’Antiquité abuse de ces potions, de ces sorts, de ces statuettes supposées déclencher le sentiment amoureux. Agôgé, du verbe « agein » qui signifie mener, pousser, désigne cette singulière catégorie d’objets. Celui qui voulait attirer l’être convoité dans son lit s’adressait au spécialiste qui lui fabriquait un maléfice. Une fois actif dans le monde, un tel objet mettait la victime à la torture, la brûlant, la frappant, la privant de sommeil, et cela jusqu’à ce qu’elle consente à abandonner ses attachements et à rejoindre le commanditaire du charme. Curieuse façon de concevoir le lien. Sans doute les Grecs ont-ils emprunté ces pratiques aux Assyriens, aux Perses et aux Égyptiens. On a découvert en Égypte une petite effigie féminine d’argile, datant du IIIe ou IVe siècle, à laquelle était attachée une tablette de plomb gravée d’une injonction amoureuse en grec. La statuette est agenouillée, bras et pieds liés, percée de treize aiguilles, au sommet du crâne, dans la bouche, dans les yeux et dans les oreilles, dans le vagin et dans l’anus, dans chaque main et dans chaque pied. Il s’agit de supprimer toute autonomie à la victime, ses perceptions, sa pensée, sa capacité à fuir. Que faisons-nous de ce sombre héritage ? L’urgence n’est-elle pas d’enfin revoir notre philtre ? D’accepter l’immaitrisable ? Et de rendre magique la puissance de l’autre, la puissance du lien, plutôt que de le dissoudre dans une possessive violence ? Enchantons nos mots, ouvrons notre cœur, l’amour incontionnel ne peut se priver de liberté.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.