• Marie Robert

Ceci est un grand nettoyage.


Ceci est un grand nettoyage. Depuis mon lit, j’aperçois toutes les nuances de l’aube nautique que les grecs appelaient le point du jour, cet instant même où la nuit décide d’être aurore. Et chaque matin, à cette heure-là, je me demande ce qui se murmure dans ma chambre, mais aussi, dans celle des autres. De quoi est fait ce brouhaha de pensées qui surgit de chez nos voisins ? Qu’est-ce qu’il est en train de se dire, de se tramer aux prémisses de cet étrange week-end ? Ici et là, j’entends la mélodie de la lassitude. Plus loin, la panique, le refrain infernal du « bordel mais comment je vais faire ? ». Chez d’autres, c’est la fatigue qui prend le dessus, le genre de fatigue qui finit par nous faire pleurer parce que c’est la dernière tasse de café. Bien sûr, certains s’exclament de joie, font claquer des baisers, réfléchissent aux chocolats de Pâques qu’ils vont choisir. Mais pour beaucoup, les pensées sont si nombreuses, qu’on n’entend plus rien. C’est trop. Trop de bruit, trop de commentaires, trop de tâches, trop de confusions, trop d’annulations, trop de lessives, trop d’enfants, trop de travail, trop de douleur. Trop. La chambre est si encombrée qu’on ne parvient plus à voir les meubles, qu’on ne perçoit qu’une cacophonie, un bruit de fond permanent. Alors vient le moment de se résoudre au silence ou plutôt de « faire le vide ». C’est curieux comme l’expression semble banale, le type de conseil jeté à la volée lorsque les gens veulent se débarrasser de nos complaintes. Pourtant, à y regarder de plus près, « faire le vide » est sans doute ce que nous avons de plus judicieux à opérer lorsque la charge devient insupportable. De quoi pouvons-nous nous débarrasser ? De quels objets ? De quels vêtements ? De quelle fonction ? De quelle responsabilité ? De quelles angoisses ? De quelles missions ? De quelle vaisselle ? Faire le vide est la seule façon de souffler, la seule manière de pouvoir, un jour, à nouveau faire le plein. C’est à ce prix, que demain matin ou dans le mois à venir, on pourra, peut-être, mettre un peu d’ordre dans nos pensées. Courage, jetons ! Je vous souhaite un grand ménage de printemps. #Bonjour Credit : @andymassaccesi

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout