• Marie Robert

Ceci est un dialogue



Chaque année, près de cent mille français effectuent un test à visée généalogique. Nombreux sont les chercheurs qui s’interrogent sur ce curieux besoin de remonter le cours des rivières, de trouver un sens à sa destinée en revenant en arrière. Je suis bien incapable de livrer le moindre exposé sur cette résurgence du passé, mais je sais combien j’aime donner corps aux souvenirs. Non pour me rassurer à travers une trace ADN, un nom de famille ou un socle identitaire, mais pour tenter de saisir quel goût avait leur existence. Qu’est-ce qui les faisait rire et souffrir ? D’où venait cette robe à rayures ? Quelles étaient leurs expressions favorites ? Qu’ont-ils fait après avoir pris cette photo ? Les gènes m’indiffèrent, car ce que je recherche c’est le récit. Je veux apprendre un langage, celui de la mémoire qui rend immortelle la vie humaine. Celui de l’amour qui transcende le manque. Je voudrais leur raconter ce que sont devenues les graines qu’ils ont semées. Leur dire que leur fille est un soleil, et que leur petit-fils est aussi malicieux qu’eux. La généalogie n’est pas une science des morts, elle est une ode au panache qu’ils ont eu lorsqu’ils étaient des êtres de chair et de sang. Merci à mon père, de tisser tant de fils qui nous permettent d’avancer sans oublier. Papi et Mamie, que vous êtes beaux !

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.