• Marie Robert

Ceci est un compliment.


Ceci est un compliment. Il n’y a pas longtemps, en faisant une vidéo pour présenter mon livre, quelqu’un dans les commentaires m’a traité de « Bécassine » en référence au personnage de bande-dessinée, un peu sot, créé au début du siècle par la scénariste Jacqueline Rivière et le dessinateur Émile-Joseph-Porphyre Pinchon. Je dis bien « traitée » parce que dans le langage de mon interlocuteur, il s’agissait d’une insulte. C’était une manière de souligner ma naïveté, ma simplicité, et sans doute, mon absence de culture. Sur le coup, cela m’a rendu triste. Je fais partie de ces individus qui intègrent les remarques des autres dans leur chair, et qui bien souvent, leur donnent du crédit. Je doute tellement que chaque parole néfaste me fait sévèrement tanguer. Au fond, c’est assez juste de souligner que je souris souvent avec crédulité, que mon travail repose sur de la simplification de concepts, et qu’indéniablement mon intelligence est limitée. Après quelques jours de latence, je me suis demandée si tout cela était réellement un « problème », et si cela était une « honte » d’être une Bécassine. Pour mieux envisager ma réponse, je me suis replongée dans les albums en question. Et c’est alors que j’ai découvert que malgré l'image d'une jeune femme un peu sotte qui lui colle à la peau, plus particulièrement dans les premiers textes, le lecteur se rend compte au fur et à mesure que Bécassine sait non seulement lire et écrire puisqu'elle écrit ses mémoires, mais aussi qu’elle passe son permis de conduire et s’affranchit des codes de l’époque. Dans d’autres épisodes, elle s’engage personnellement pour soutenir le moral des troupes durant la Première Guerre mondiale, elle devient maîtresse d’école et se déplace jusqu'en Amérique, désireuse d’explorer le monde. Après avoir parcouru ces pages, je me dis qu’au lieu d’y voir du mépris, je devais plutôt me réjouir d’être une Bécassine. La crédulité est nécessaire afin de mobiliser l’espoir sans certitude de réussite. De même, nous avons besoin d’ignorance si l’on veut tendre vers l’apprentissage. Je nous souhaite d’être des Bécassines, et de faire du ridicule la clé de nos affranchissements. #Bonjour

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout