• Marie Robert

Ceci est un aveu.


Ceci est un aveu. Dans un mois, jour pour jour, sortira mon nouveau livre, « Les chemins du possible ». Il y a quelque chose d’irréel dans le fait d’écrire un livre, d’être publiée, et plus encore, d’être lue. J’aimerais bien affirmer que je suis sûre de moi parce que j’ai fait de mon mieux, mais la vérité est que cette idée me paralyse. Ce n’est pas seulement la peur de décevoir, ni la peur d’entendre : « mouais bof, je préférais le précédent », c’est plutôt la crainte de ne pas avoir réussi à transmettre ce que j’avais à partager. C’est trivial d’écrire. Ça n’a aucune importance. Aucune de mes phrases ne changera la face du monde. Et pourtant, au moment où je pose mes doigts sur le clavier, il n’y a pas d’autre urgence que cela, que dérouler ces mots-là, parce que les sortir de ma tête, c’est aussi les tendre à l’autre, c’est dire : « voilà ce qu’il se joue en moi, et toi ? ». Alors voilà, dans ce texte, qui suit « Le voyage de Pénélope », j’avais envie de nous poser une nouvelle question. Que se passe-t-il après le chaos ? A quoi donne-t-on naissance ? Fuir est une survie, un geste nécessaire, mais après, que fait-on ? C’est ce chemin que j’avais envie d’explorer, à travers la vie de Pénélope et des philosophies du XXe siècle, et sans doute, à travers mon regard et j’espère, le vôtre. Je n’ai pas envie de « vendre » un livre, pas envie de convaincre qu’il est « génial », je n’ai pas envie d’ajouter du flux au flux, mais je peux vraiment avouer, sans posture, ni coquetterie, que j’y ai mis toute mon intimité, tout mon cœur, toute ma force. « Tu veux l’intensité sans le risque. Tu veux la vie sans la mort. Tu veux le sublime sans la tempête. Tu veux l’amour sans le quotidien. Il y a cinq ans, tu as fui il y a cinq ans pour aller au-devant de toi-même, pour t’émanciper de tes carcans, et bonne nouvelle, tu as réussi. Mais maintenant, c’est à toi d’inventer une existence qui te convient. Entretenir la douleur est une autre manière de fuir. Il est temps de faire la paix avec tes fantômes et de trouver ton port… ». Je vous souhaite des naissances. #Bonjour@garçonmoderne @susanna__lea@flammarionlivres@versilio.editions@caroline_psyroukis

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout