• Marie Robert

Ceci est un avant-goût.


Ceci est un avant-goût. « 5 h 22. La lumière se rallume brusquement dans la cabine. L’hôtesse remonte l’allée d’un pas vif, tandis que j’essaye de déplier mon cou engourdi. J’ai beau voyager souvent, je ne parviens jamais à trouver une bonne position de sommeil pendant le vol. Je passe mon temps à faire des tentatives et à évaluer leur confort. La tête enfouie entre mes bras posés sur la tablette, les cervicales maintenues par un coussin, ou la tempe en appui contre le hublot, j’oscille entre des possibles, espérant chaque fois trouver une place qui m’offrira quelques instants de repos. En vain. Le sol se rapproche, il est temps de se préparer à l’atterrissage. Je rassemble mes affaires, je remonte mon siège, et je profite des dernières minutes pour imaginer l’ailleurs qui m’attend. Il faut y aller, je n’ai pas le choix. Je me lève, me dirige vers le couloir, et je suis les autres passagers jusqu’au tapis à bagages. Nous restons tous debout, hagards, à l’affût de son déclenchement. Je n’aime pas ces moments d’entre-deux, ni les lieux de transition. Je masse mes épaules congestionnées, je rallume mon téléphone. Et puis, le signal finit retentir, le roulement s’enclenche. Alors, les unes après les autres, les valises défilent. Toutes différentes. Certaines sont petites, immenses, cabossées, sanglées, tandis que d’autres sont en résine, en plastique, en tissu, ou même renforcées de métal. C’est drôle d’imaginer toutes les vies qui paradent sur ce tapis. Qu’est-ce qui se cache derrière les parois ? Combien de souvenirs, de secrets, de passions, de rires, de deuils, de mensonges, de désirs ? Combien de rêves de gloire, de courses vaines, de complexes entêtants, de familles dysfonctionnelles ? Combien de sous-vêtements, de chaussures de sport, de crèmes hydratantes, de chargeurs d’ordinateurs ? Je les regarde passer devant moi. J’hésite, je n’ose pas tendre ma main, c’est comme si je ne savais plus laquelle saisir. Je m’appelle Pénélope, j’ai trente-cinq ans, et j’aimerais savoir quelle vie je dois mettre dans ma valise » - Les chemins du possible, sortie en novembre. Je vous souhaite de savoir faire vos bagages. #Bonjour@flammarionlivres@versilio.editions

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout