• Marie Robert

Ceci est un ascenseur.


Ceci est un ascenseur. « C’est ridicule de se vexer comme ça ! ». Depuis nos 3 ans environ, combien de fois avons-nous entendu cette phrase ? Elle contient l’idée qu’être offensé n’est qu’une démonstration de notre grande immaturité. L’autre voulait simplement nous signifier « quelque chose » et au lieu de recevoir la remarque, on se met à bouder. Certains le font ostensiblement, d’autres en silence. Mais le constat est le même, la blessure est là, aussi présente que le jugement de notre interlocuteur, qui nous trouve particulièrement puéril. Sans doute n’a-t-il pas tort, mais pour mieux saisir le mécanisme, il faut prendre le temps d’analyser ce qu’il se joue quand on reçoit un commentaire négatif. Que se passe-t-il dans l’offense qui soit si irritant ? Lorsque nous sommes offensés, nous nous sentons meurtris par une attaque qui remet en question notre individualité. Car au fond, il ne s’agit pas seulement d’être vexé, et de faire la tête, il s’agit d’admettre que nous sommes face à une blessure morale. Nous éprouvons une atteinte à nos principes, à nos convictions, à nos pratiques, à notre honneur, notre dignité. Evidemment, il y a des différences de degrés entre un plat que nos convives trouvent raté, et un projet qui nous tenait à cœur et qui ne remporte pas l’unanimité. L’un touche à nos capacités, l’autre à notre identité. Mais quoiqu’il en soit c’est déstabilisant et inconfortable, c’est amer et confrontant, et ça donne envie de tout envoyer promener. Alors quoi ? Est-ce qu’il faudrait ne rien dire pour ménager les susceptibilités ? Dans ce cas, qu’en serait-il des progrès ? Pourrait-on vivre dans un monde de consensus stérile ? Je ne crois pas. Je me dis simplement que le commentaire négatif, la notation difficile, le jugement sévère, ne sont pertinents que dans un cadre de confiance. Dans un espace qui bâtit et qui reconnaît pleinement l’autre. C’est dans ces conditions que commence le travail et l’amélioration. « Les contradictions ne m’offensent, ni m’altèrent ; elles m’éveillent seulement et m’exercent » - Montaigne. Je vous souhaite le goût des critiques constructives. #Bonjour Credit : Peter Thornton.

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout