• Marie Robert

Ceci est un appel d’air



Tout au long de notre existence, on élabore ou l’on rejoint des systèmes. Qu’il s’agisse d’une famille, d’un groupe d’amis, d’une classe, d’un couple, d’une entreprise, d’un club de sport, ou peut-être d’une association, chaque cellule est porteuse d’une histoire qui lui est propre, avec ses codes implicites, ses jeux de langage, ses souvenirs, ses règles, ses blagues, ses combats, qui en font un espace singulier. Ces communautés de vies, de cœurs ou de nécessité, nous structurent et bien souvent, nous enrichissent. Remparts contre la solitude, ils sont surtout des lieux d’amour, de soutien et de partage. Mais pour qu’ils conservent cette dimension, pour qu’ils restent viables, il faut qu’on puisse avoir la possibilité d’en sortir. Ça ne signifie pas qu’on le fasse, ni même qu’on le veuille, mais l’idée que la porte soit ouverte est la condition essentielle pour que le système reste sain et ne devienne pas un emprisonnement. Entrer, sortir, revenir. Un mouvement comme une respiration. Les barrages sont plus nombreux qu’on ne le pense. Combien de bandes d’amis font culpabiliser d’avoir « changé » sous le simple motif qu’on tente de nouvelles expériences ? Combien de couples s’enlisent dans des obligations qui pourtant étouffent les deux membres ? Combien d’entreprises empêchent leurs salariés d’acquérir des compétences de peur de les perdre ? Et pourtant… Une fugue n’est pas un adultère, encore moins une trahison, au contraire. S’échapper est parfois la seule solution pour revenir. L’ouverture est la seule façon d’assurer l’engagement. C’est ce que décrit @alidifirenze dans son très beau livre, L’appel de la fugue, mais c’est aussi un enjeu majeur de notre société, afin qu’elle devienne un collectif, solide, puissant, remplit d’îlots sur lesquels nous pouvons nous poser pour un jour ou pour une vie. Je vous souhaite d’aller et venir dans vos systèmes. Avec toujours le même enchantement.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.