• Marie Robert

Ceci est un appel.


Ceci est un appel. Il n’y a pas longtemps, j’ai lu l’histoire de Christiane Kritzer. Christiane est une jeune femme de 34 ans, qui ressemble, sans doute, a beaucoup de jeunes femmes de son âge. Mais il y a dans sa vie quelque chose qui je crois, s’adresse à chacun de nous. L’histoire commence juste avant la pandémie, lorsqu’elle décroche un contrat de quatre ans pour effectuer sa thèse. Christiane avait déjà derrière elle dix ans d’études en histoire de l’art et en restauration de tableaux, mais elle était passionnée et ne pouvait pas refuser la possibilité d’une bourse. Son existence était donc réglée, ordonnée, cohérente. Mais est-ce ainsi qu’on souhaite mener nos jours ? Quelques mois plus tard, elle est saisie d’un léger trouble, une forme d’agitation ou d’ennui circonstancié. Christiane sent qu’elle n’est « pas à sa place ». Sur un coup de tête, elle décide alors de recontacter une amie qui travaille dans un camping en Norvège. Elles se connaissent depuis l’adolescence et renouent avec plaisir. L’idée de se retrouver pour les vacances s’impose. Et soudain, par un curieux mélange de volonté et de hasard, l’incongruité du destin surgit avec toute son ironie. Christiane et son amie tombent amoureuses alors même que la crise sanitaire impose la fermeture des frontières. C’est alors qu’elle décide de venir travailler au camping, d’apprendre le norvégien et de changer radicalement de chemin. Aujourd’hui, elle est heureuse, amoureuse et épanouie dans son travail. Tous les matins, quand elle ouvre sa fenêtre, elle se dit émerveillée par le paysage. On pourrait trouver que toute cette narration est furieusement banale, un énième conte de fée, un peu cliché. Et pourtant, je crois que la figure de Christiane Kritzer nous fait réfléchir aux racines de nos audaces. Son courage, dit-elle, n’est pas d’avoir foncé, c’est d’avoir épousé ce qui se présentait là devant elle. L’audace dit Kant, réside dans le « Sapere aude » dans ce « ose penser par toi-même » qui exige d’ouvrir grand les yeux, au-delà du confort, des habitudes, et des projections négatives, en ayant la tête haute et tournée vers l’horizon. Je vous souhaite d’épouser ce qui est. #Bonjour

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout