• Marie Robert

Ceci est plus qu’un paysage.


Ceci est plus qu’un paysage. Chaque jour, à l’aube, l’impatience d’une journée à venir. Il fait encore sombre et je regarde par la fenêtre. La forêt s’étend au loin, entourée de brume. Quelque chose m’émeut. Je me dis que finalement cette année 2020 est comme une promenade dans le brouillard. Le brouillard ne nous montre que l’instant, l’autour de soi, il nous préserve de l’avenir, du passé, de l’espace lointain. Dans le brouillard, tout tend à la dissolution, à l’évanouissement, les points de repères sont mis à mal, le sens de l’équilibre fait défaut, et le temps ne semble plus suivre son cours, il fige les choses, se soustrayant à lui-même, se retirant de ses obligations. Ce n’est pas une envie de s'extraire du monde. Ce n’est pas une envie de s'évader. C'est juste que dans le brouillard, tout est extrêmement concentré. Les choses proches de nous prennent soudain plus d’importance. L’envie de se blottir impose son urgence. L’insignifiant devient central. La présence humaine est se fait précieuse, il faut la conserver à tout prix pour ne pas se perdre, considérer l'autre pour savoir où l'on est soi. Dans le brouillard, nos perceptions sont en alerte. Tout prend corps, le sang irrigue, le froid cristallise l’eau dans les moindres recoins de notre corps. Dans le brouillard nous sommes à couvert du monde, mais à découvert de nous-même, on ne peut plus se cacher. La fuite n’est même pas envisageable. Aller plus loin revient à rester sur place. Où qu’on aille le brouillard nous aura toujours déjà précédé. Il est inutile de s’enfuir. Il reste juste à faire preuve de courage. Je vous souhaite une journée dans la brume du regard et la clarté du cœur. #Bonjour#Matin#Morning#Brouillard

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.