• Marie Robert

Ceci est plus qu’un conte.


Ceci est plus qu’un conte. Plusieurs fois par an, je relis l’histoire de « Baba Yaga », un récit emblématique du folklore russe et plus généralement slave. En apparence, c’est une histoire aux contours les plus classiques. Il était une fois une jeune fille qui n'est jamais nommée. Après la mort de sa mère, son père épouse une nouvelle femme qui n’accepte pas la fillette. Pour l’éloigner du foyer, la belle-mère l'envoie chez sa sœur, prétextant un travail de couture. Sentant le piège, la jeune fille se méfie, elle va voir sa tante qui la met en garde, lui donnant de la nourriture et des objets aux pouvoirs magiques, tous censés l'aider à rentrer chez elle saine et sauve. Armée de ces trésors, la jeune fille part en forêt et se retrouve devant l’isba de Baba Yaga, la terrible ogresse, qui bien sûr, ne souhaite qu'une chose, c’est de faire de l’enfant son repas de midi. Mais la jeune fille, suivant les conseils de sa tante, comprend tout de suite le danger et s’enfuit. Sauf que pour y arriver, elle doit passer par différents obstacles : le chat, les chiens, la servante, le portail, l’arbre...etc. Elle y parvient en offrant à chaque personnage de la nourriture ou l’objet qui leur manque. Tous acceptent ses offrandes, non pas parce qu’ils se sentent achetés, mais parce qu’ils sont surpris par la douceur, la bonté et la justesse dont la jeune fille fait preuve. En signe de remerciement, ils l’aident à s’échapper, faisant ainsi acte d'infidélité à Baba Yaga, trop longtemps tortionnaire envers eux. Sous des airs banals, l’enjeu de ce conte est saisissant. Car il est un appel à prendre soin de l’autre, à identifier ses manques et ses usures. Les pouvoirs de la jeune fille ne sont rien d’autre que sa capacité à être attentionnée. Elle parvient à s’enfuir sans violence, en déjouant un système. Derrière les codes habituels, on peut lire une ode à la gentillesse, à la caresse, à la puissance infinie de la véritable bienveillance, celle qui nous sauve les uns les autres. Je vous souhaite une journée d’immense douceur pour fuir nos Baba Yaga. #Bonjour Credit : @ferrany_dalma

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout