• Marie Robert

Ceci est ombre et lumière



Ces derniers jours, j’ai lu, avec une vive émotion, divers témoignages évoquant la difficulté, l’errance, la douleur parfois, liées au post-partum, ce curieux temps qui suit l’accouchement. Au-delà des silences que brisent ces paroles, au-delà de la nécessité d’éclairer ces zones obscures qui entravent et bousculent, se joue quelque chose qui me touche particulièrement : l’idée que la beauté de la naissance puisse cheminer avec la souffrance et que cette souffrance n’ôte rien à la beauté. Deux sentiments côte à côte, parallèles, qui chacun raconte une singularité. L’ambivalence des miracles. « Tu devrais être heureuse non ? Oui mais… ». Eloge de la complexité qui ne se limite pas à la maternité. Combien de fois dans notre vie ressentons-nous des sentiments contradictoires ? Combien de fois la joie se mêle à la tristesse ? L’enthousiasme à la peur ? L’amour à l’agacement ? La gentillesse à la mesquinerie ? Combien de fois sommes-nous aux prises avec ces confusions métaphysiques que balaye si souvent la société ? Nous ne sommes pas « purs » mais « mélangés ». Analyser, partager, déconstruire, c’est apprendre à faire des distinctions et à s’ajuster, à marcher plus droit sur l’épineuse crête de nos bouillonnements intérieurs. La seule manière sans doute de regarder, confiant l’horizon. Merci à toutes celles, qui par leur voix, nous offrent la possibilité de n’être ni purement ceci, ni purement cela.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout