• Marie Robert

Ceci est mouvant.


Ceci est mouvant. Hier, quelqu’un m’a demandé si en postant mes écrits matinaux, je ne craignais pas les faux-pas qui risqueraient de nuire à ma « réputation ». J’ai répondu par un éclat de rire. La « réputation » quelle drôle d’affaire ! L’autre jour, je lisais les mots de Marc-Aurèle dans Philosophie Magazine : « Combien d’hommes ne savent pas ton nom ; combien l’auront vite oublié ; combien qui te louent peut-être maintenant, bientôt te vilipenderont ». Alors bien sûr, je ne poste pas n’importe quoi, et beaucoup d’entre nous font pareil. L’exercice d’Instagram nous impose d’être, un instant au moins, directeur éditorial de notre existence. On choisit consciemment une photo, un propos, une mise en scène, on décide de déposer un moment suspendu, et de l’inscrire dans un livre d’or digitalisé. C’est parfois drôle, émouvant, informatif, esthétique ou mercantile. C’est un souvenir vite consommé ou une piste durable qui ouvre vers des horizons partagés. Mais quelle que soit la nuance, je ne crois pas qu’il soit affaire de « réputation ». A l’état de nature, personne ne se soucie de son image analyse Rousseau, on la considère lorsqu’on entre en société, lorsque soudain, l’amour de soi, se transforme en amour propre, passant d’une fidélité intime à une production artificielle. Or, nous avons le choix, je crois, de ne pas céder à une pression qui ne vient que de nous-même. Le « regard des autres » n’est qu’un miroir, qu’un reflet que nous décidons d’assumer ou non. Alors plutôt qu’évoquer la « réputation », je préfère louer la cohérence. Qu’avons-nous à dire ? Qu’avons-nous à montrer ? Et pourquoi ? Quels sont les motifs qui nous poussent à être ici ? Pour ma part, c’est une affaire d’amour, de transmission, et de partage. Quelque chose qui, chaque matin, me fait dire que nous avons des fils à tisser. Et que ces fils, forment une toile de joies, de peines, de rires, d’apprentissages, de déceptions, de colères, de douceur, en somme, une toile d’humanité. Le reste, me semble secondaire. Tout passe, tout lasse, mais le partage nous ancre, c’est notre seule réalité. Je vous souhaite de vous moquer royalement de votre réputation. #Bonjou

29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout