• Marie Robert

Ceci est minimalisme.


Ceci est minimalisme. C’est l’histoire d’un chercheur en design qui joue aux Lego avec son fils. L’enfant s’amuse, se passionne, fait état d’une prodigieuse créativité, jusqu’à ce que soudain, il s’aperçoive, qu’un pont de sa ville imaginaire est bancal. Le fils s’arrête et constate le déséquilibre. Le père décide donc de lui venir en aide. Il raconte : « Je me suis retourné et j’ai attrapé une brique pour l’ajouter à la plus petite des piles et équilibrer le pont. Pendant ce temps, mon fils avait ôté une brique à la grande pile ». Ajouter ou ôter, voilà ainsi résumé, en une équation de Lego toute l’histoire de notre vie. Nous traversons tous des périodes de déséquilibres. Que ce soit dans le domaine de notre santé, de nos amours, de notre sommeil, de nos finances, de nos plannings. Nous avons tous été, au moins une fois dans notre vie, ce pont bancal menaçant de s’effondrer. Or, face à l’inquiétude, nous paniquons, nous cherchons de nouveaux appuis, et nous ajoutons des données, nous multiplions les parades. Une étude scientifique démontre que le cerveau est programmé pour résoudre des problèmes par l’ajout plutôt que par la soustraction. Quand nous allons mal, nous nous laissons happer par la frénésie. Toujours plus de mots, toujours plus d’ingrédients. « Qu’il s’agisse d’une dissertation à améliorer ou d’une recette à parfaire, le cerveau humain a un mode de résolution des problèmes bien précis : l’ajout. Et ce, même quand la logique appelle plutôt à la réduction ». Ce que ce père découvre en jouant avec son fils, c’est que, dans de nombreux cas, retirer un élément aboutit à un meilleur design et une meilleure conception. Il faut revenir aux évidences de l’enfance pour y songer, tant nos vies d’adultes nous ont conditionnées à l’inverse. C’est en négligeant la possibilité de soustraire que nous nous retrouvons avec des emplois du temps surchargés, que nous sommes débordées, ou encore, que nous suffoquons sous des formalités de plus en plus lourdes. On se prive ainsi de la chance d’une vie plus épanouie. Alors peut-être qu’il est temps de réfléchir aux briques que nous voulons soustraire de nos existences. Je vous souhaite une journée de Lego. #Bonjour

43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout