• Marie Robert

Ceci est mieux que la Saint-Valentin



D’une minute à l’autre. Mais dans cette minute, l’éternité. Un regard jeté au loin, un autre sur la montre, un geste irrationnel, comme un rituel, comme si soudain, être aux aguets suffisait à faire apparaître celui ou celle qu’on attend. L’impatience. Pas celle, tant méprisée, d’une société qui ne connait que l’immédiateté. Mais celle, joyeuse, vivifiante, qui pousse à regarder par la fenêtre en espérant que l’instant soit le bon. En inuit, il y a un terme pour définir cette anticipation heureuse : « iktsuarpok ». Ni anxiété, ni projection oppressante, mais une confiance en l’autre, et surtout, en la beauté qui peut naître du prochain mouvement. Iktsuarpok est peut-être intraduisible, mais il est polymorphe. Il habille l’amoureux assit au café et qui ne parvient pas à se concentrer. La maman qui, contemplant son ventre rond, ne rêve que d’un premier regard. Le sportif, désireux de la rencontre d’où jaillira son dépassement. L’amie qui se languit de retrouvailles et de débriefing sans fin. Les frères et sœurs dont la complicité se vit au présent. En somme, tous ceux qui au quotidien se manquent et trépignent à l’idée de se serrer dans leurs bras. Je vous souhaite d’être inuit et de vous précipiter au dehors. Sans doute que quelqu’un vous attend.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.